Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 juillet 2009 7 19 /07 /juillet /2009 13:45
Avant hier soir, dans un petit quartier peu animé, loin du centre, alors que nous recherchions un petit endroit simple et pas cher pour manger rapidement, nous tombâmes sur une modeste petite Oden-ya de quartier qui ne paie pas de mine, au beau milieu d’une ruelle d’habitation déserte.

(Photo prise sur wikipedia)

Je poussai lentement la lourde porte d’entrée, précédant Daiji. Tout en terminant de servir l’unique client attablé au comptoir, un salaryman d’une quarantaine d’années, la patronne lança un grand « Irasshaimaseeee » puis se retourna. Lorsqu’elle m’aperçut, d’abord seule, elle ne put contenir un « Ha... », accompagné d’un regard exprimant sa surprise. (j'hésitais un peu entre "surprise" et "déception")

C’est la 1ère fois que je subissais « l’effet-gaijin-qui-dérange » pourtant lu dans les nombreux témoignages d’autres étrangers.
A chaud, je l’ai d’abord un peu mal pris et interprêté comme tel, et fus pris d’une envie subite de déguerpir ou de lui demander « Qu’est-ce qu’y a ? C’est complet ? Vous fermez ? à moins que ce soit interdit aux étrangers ? » mais nous étions très pressés et n’avions pas le temps de faire les difficiles.

Cependant elle reprit vite un sourire accueillant ainsi que son rôle de patronne, là pour servir le client.
Elle nous laissa nous installer au comptoir, puis, tout en nous tendant les oshibori, demanda d’un air toujours hésitant à Daiji :
« Vous parlez .. japonais ?
   -  Oui oui...
   -  Ha ben oui, c’est vrai que vous avez l’air japonais quand même..
   -  Et vous ?... Je suppose que c’est l’anglais ?
   -
  (Nous en coeur) Non ! Le Français !!
   -  Français ?! Ho lala, déjà que je sais à peine aligner 2 mots en anglais, mais le français... C’est pourtant pas faute d’en avoir fait 2 ans à la fac. Mais tout ce dont je me rappelle c’est « Qu’est-ce que c’est ? » et « Je t’aime », on nous apprenait des chansons, mais la grammaire, qu’est-ce que c’était compliqué !!  Mais je vois que vous avez l’air de comprendre le Japonais ?
»
Puis se tournant à nouveau vers Daiji :
« Et vous ? vous parlez français ? »

C’était une femme dynamique et plutôt coquette d’une soixantaine d’année - elle nous le confirma plus tard dans la discussion - qui avait belle allure et semblait prendre soin d’elle et de son apparence ; l’opposé total du cliché de l’obasan bedonnante permanentée en tablier.

Comprenant que nous habitions en plein centre ville, elle nous demanda, visiblement très surprise, comment nous avions pu atterrir dans sa gargotte paumée.
En repensant à son « ha.. » d’accueil, j’essayais de m’imaginer la réaction d’un Jacky ou d’un Jean-Claude dans son vieux bar-PMU-Picon-cacahuette-rapido* du cul du loup d’une petite ville voyant débarquer des touristes japonais ou américains dans son troquet.
(* parce que c’est exactement le genre de lieu où l’on se trouvait dans sa version japonaise)
« Ben ça alors ?.... »

« -   Vous, vous n’êtes pas salaryman ... Vous êtes dans le bâtiment ? la peinture ?
   -    Oui c’est ça dans la peinture
   -    Je l’ai tout de suite deviné à votre allure vestimentaire, décontractée, cool
»

« -   Vous avez fait des voyages à l’étranger, vous n’est-ce pas ?
   -    Pas vraiment des voyages comme on l’entend habituellement, j’y ai un peu vécu, et j’y suis surtout allé par rapport à la musique et par rapport à des amis que j’ai là-bas, à Londres, à New-York, en France...
   -    Ha !! voilà, vous êtes dans la musique aussi !! Vous dégagez vraiment quelquechose comme ça !!
(雰囲気). (Puis se retournant vers moi) Hein, qu’il est kakko-ii* ? »
(*cool, qui a du style, ou mignon, beau)

La conversation se poursuivit dans divers directions, puis m’observant :
« Mais, elle aussi, qu’est-ce qu’elle tient bien les baguettes (持ち方), et en plus elle est habile ! (得意) »
(Il se trouve que j’ étais en train de découper un poisson grillé entier, une tâche pas évidente, que je n’ai pas toujours sû réaliser)
« - A chaque fois que j’ai rencontré des « gaijin-san *» j’ai toujours été frappée de voir à quel point ils tenaient tous bien les baguettes (持ち方) ! Quand on voit comment les jeunes d’aujourd’hui les tiennent ici... ça fait honte
   -    Ha oui, je vois, en les croisant ou en faisant comme ça ? ou comme ça ?... Remarquez, moi c’est pas mieux, regardez !
»
(on avait déjà eut une discussion à ce sujet, photos à l’appui ici)
(* gaijin-san peu parfois, sous une apparente forme polie, cacher un terme péjoratif, mais ça n’a pas semblé être le cas ici)

Elle m’a ensuite posé quelque questions, sur ma venue ici : depuis combien de temps j’étais là, si j’étais étudiante, etc... puis s’adressant à nouveau à Daiji :
« Vous avez remarqué, tous ces étrangers qui parlent japonais ? Ils sont intelligents quand même (偉い) , combien on est nous, à être capable de parler une langue étrangère ? »

En nous posant divers questions, elle apprit que nous étions fraîchement mariés. Sur le champ, frappant dans ses mains, elle se leva pour nous offrir un peu de sa spécialité, de l’Oden :
« Voilà, c’est pour vous, c’est cadeau, pour vous féliciter de votre mariage, goûtez-moi ce boeuf, il est délicieux ! Je sais que l’Oden c’est pas de saison, ma fille me demande tout le temps pourquoi je n’arrête pas l’Oden en été, elle a peut-être raison, ça n’a pas grand succès à cette époque de l’année, mais bon c’est ma spécialité, c’est une Oden-ya ici ! »
Puis se retournant vers moi :
« Et puis.. pardon aussi pour tout à l’heure ... »
J’ai supposé qu’elle faisait allusion à sa première réaction en me voyant entrer.

Nous avons un peu débordé sur le temps prévu, et elle nous a difficilement laissé partir. En sortant Daiji eut cette simple réflexion : « Haa.. ils sont bien les vieux d’Hiroshima... »


Si j’ai voulu retranscrire cette rencontre et ces bribes de conversations, c’est que, bien que les sujets abordés étaient « bateau » et entendus et ré-entendus 20 fois (les étrangers qui savent se servir des baguettes, les étrangers qui savent parler japonais), il m’a semblé que sa manière de les aborder et de développer un peu plus que ce que l’on a coutume d’entendre étaient pertinents :

Le fait qu’elle reconnaisse que tous les étrangers savent bien tenir les baguettes (et ne se contente pas de me faire un faux compliment personnel ), contrairement aux jeunes générations japonaises, et qu’elle fasse la disctinction entre « manière de les tenir » (la nôtre semble super académique) et « habilité ». (Une amie m’a confié un jour que si j’avais toujours su les tenir correctement, mon habilité à les manier n’était venue que récemment).
Une anécdote à ce sujet : Un couple d’amis travaillent depuis de nombreuses années dans un izakaya-soba-ya de Roppongi à Tokyo (Takumi 匠). Un jour un couple de touristes étrangers (il leur a semblé qu’ils étaient français) s’installe. Les observant, et voyant au bout de quelques minutes qu’ils avaient vraiment du mal à manger avec les baguette, mes amis viennent les voir et leur propose fourchettes et couteaux. A leur grande suprise, ils se sont fait jeter comme du poisson pourri et vu refuser les couverts d’un "non" catégorique. Eux qui croyaient bien faire en mettant à l’aise leur convives m’ont dit s’être sentis très vexés !! (sans excuser l’attitude des touristes en question, je leur ai expliqué que souvent on aimait bien faire l’effort de s’immerger totalement dans la culture et les coutumes du pays qu’on visitait).

De même, on a coutume d'interprêter le fait que les japonais s’extasient sur notre capacité à ne prononcer ne serait-ce que quelques mots en japonais par le fait qu’ils pensent que leur langue nous est inaccessible. (Ce compliment qui a tendance à nous agacer ou même à nous vexer). Peut-être que sa manière de penser n’est pas représentative, ou bien qu’elle l’a tout simplement mieux exprimée, mais elle faisait bien le parallèle entre les étrangers capables d’apprendre le japonais, et les japonais incapables d’apprendre une langue étrangère, d’où son admiration.

L'attitude des japonais vis-à-vis des étrangers peut tout de même parfois m'agacer ou m'exaspérer mais là pour une fois, j'ai été plutôt agréablement surprise d'avoir l'occasion de pouvoir interprêter les choses autrement.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Hanakuso 12/08/2009 09:29

Merci beaucoup pour tes précisions !
Il est vrai qu'au sujet des homosexuels, travestis et cie... j'avais été assez surpris d'en voir dans un certain nombre d'émissions tv, alors qu'un pote homo jap de Tokyo me disait au combien il était victime d'une forte discrimination s'il ne cachait pas son orientation sexuelle (d'où son récent départ pour Sidney...).
Je vais aller jeter un coup d'oeil sur ce blog.

Nous ne sommes restés que quelques jours mais j'ai gardé de très bons souvenirs d'Hiroshima à l'inverse d'autres grandes villes japonaises et ça fait plaisir de découvrir/redécouvrir cette atmosphère au gré de tes posts !

jud3030 22/08/2009 07:42


Merci !

Au sujet des homos, j'en connais un dans l'entourage proche, il l'affiche clairement (voix et attitude efféminée), fait de l'autodérision sur le sujet et mes amis blaguent sans gêne non plus avec
lui, mais je ne sais pas comment il se comporte en dehors du groupe d'amis et dans d'autres occasions, ni comment il le vit. C'est peut-être un peu une exception (?), et je suppose que cela dépend
là aussi de l'entourage que l'on a.

Je reprends l'ecriture du blog aujourd'hui après cette longue pause-vacances, alors bonne lecture si tu repasses par là !


Hanakuso 24/07/2009 11:37

Bien le bonjour,
"C’est la 1ère fois que je subissais « l’effet-gaijin-qui-dérange » pourtant lu dans les nombreux témoignages d’autres étrangers."
Y a t-il un "effet-half-qui dérange" en général au Japon ?
La grosse inquiétude de ma femme si nous nous installons au Japon, c'est que notre fils en soit victime au quotidien.
Je ne sais pas si c'est représentatif, mais je vois dans leurs pseudo-émissions tv de plus en plus de métisses jap/gaijin, penses-tu qu'ils sont plus facilement acceptés désormais ? Peut-être dans le cadre de futurs projets, ton mari et toi même avez abordé le sujet ? Si ce n'est pas trop personnel...
Qu'en pense le grand et énigmatique Robert Patrick ?
En tous cas très instructif ton post, et ton blog en général.
Au plaisir de te lire.

jud3030 11/08/2009 10:02


Désolée pour la réponse si tardive; depuis mon dernier post je n'étais pas repassé sur mon blog.
Je ne connais pas d'"half" personnellement, donc je ne pourrai me permettre de donner une réponse, mais justement comme je le disais dans cet article, j'ai l'impression que beaucoup de résidents
étrangers exagèrent ou par paranoïa, interprêtent tout comme du mépris, de la discrimination, voire du racisme. En 2 ans, à part cette anécdote, je n'ai jamais ressenti ça.
Je pense aussi que cela dépend de leur comportement, et peut-être de leur entourage qu'ils ont mal choisi.
Ne pas prendre tous les compliments sur votre capacité à parler japonais ou à manier les baguettes comme une insulte et ne pas s'offusquer quand on essaie de vous parler anglais, juste parce que ça
vous vexe qu'on ne reconnaisse pas que vous êtes un "habitué du club"..

Nous n'avons jamais evoqué ce problème pour le moment avec mon mari sûrement parce que nous ne nous inquiétons pas tant que ça.

En effet il y a de plus en plus de mannequins, talentos ou acteurs "half" (plus de filles que de garçons j'ai l'impression), mais je ne pense pas que l'on puisse se fier beaucoup à ça puisque les
homosexuels, travestis et transsexuels y sont eux aussi très exposés, alors que dans la vie réelle ils ne semblent pas encore si bien acceptés...

Je pense qu'en allant sur le blog "Nagoya en Français" (dans mes liens) tu pourras peut-être obtenir des réponses à tes questions puisque l'auteur du blog est mère d'1 ou 2 filles "half"

voilà !


Robert Patrick 20/07/2009 08:05

Les Japonais ne sont pas "incapables" d'apprendre une langue étrangère. Ceux qui s'en donnent la peine y arrivent très bien. Le problème, c'est qu'ils abordent les études comme un tas de concours à passer, point-barre ; la culture générale ne les intéresse pas. Sans même parler des langues qu'ils ont apprises à l'école, quel est leur niveau en Géographie nationale et internationale à la sortie du lycée ? En Histoire ?
Ah, voilà.

jud3030 22/07/2009 08:11


t'as raison, j'y ai été un peu fort, ils ne sont pas "incapables", la preuve parmi mes élèves y en a qui ont déjà un niveau incroyable, et 2 qui viennent pour la conversation et qui ne sont pas
loin d'être bilingues, mais disons qu'y en a pas beaucoup qui s'en donnent la peine et les moyens, et qu'en effet un cursus scolaire classique ne suffit pas.
On m'a posé des tas de fois cette question : "mais si un japonais part 2 ans en France, il pourra parler français comme toi japonais?????". Ce qui me fait penser que même eux doutent de leur
capacité.



Présentation

  • : Jud à Hiroshima
  • Jud à Hiroshima
  • : Ma vie quotidienne à Hiroshima depuis le 28 Juin 2007
  • Contact

C'est quoi ce blog ?

Ce blog n'est pas un site informatif sur le Japon, ce n'est pas un blog sur les mangas ni la J-Pop... C'est un roman-photo. Il s'adresse avant-tout à mes amis (la communauté Hiroshimarseille) et ma famille, c'est juste ma vie quotidienne à Hiroshima et quelques réflexions et anecdotes à propos de ce que j'observe ici mais WELCOME, ne vous gênez pas pour venir jeter un coup d'oeil ou laisser un commentaire.

Rechercher

LIENS

BLOGS / SITES HIROSHIMA


(JP) CARAT HIROSHIMA WEB MAGAZINE / BLOGS
(JP) Chapeaux SANSO (by Hide)
(EN / JP) DIRTY GENTLEMAN'S CLUB (by Susu)
(EN / JP) GET HIROSHIMA (Infos / Petites annonces)
(JP) HIROMAG (Mag / Portail / Blog)
(JP) KAIKO'S (By Eiji)
(EN) LITTLE FOREIGNER
(EN) WINDCHEATER
(JP) CHERRY

 

BLOGS JAPON


(Tokyo / FR) BAKAPULU
(Tokyo / EN) Benoa in Japan
(Japon / FR) Bulles de Japon
(FR) Clarence Boddicker's nasty diary
(Tokyo / FR) De peu pour faire un monde
(FR) DRINCK COLD
(Tokyo) FLO A TOKYO
(Tokyo - Fukuoka / FR) Fujijana
(Fukuoka / FR) Fuji la canaille

(Tokyo / FR) Issekinicho (BD/Photo)
(Tokyo / FR) Japan Through Blue Eyes
(Japon / FR) Japon : 2 ou 3 choses...
(Osaka / FR) JAPONWEIRD
(Tokyo / FR-JP) Julie Blanchin (BD)
(Tokyo / FR) KED-O-KILL
(Kyoto / FR) LA RIVIERE AUX CANARDS
(Tokyo / FR) L'écureuil volant dans l'espace
(Tokyo / FR) Le Japon
(Sapporo / FR) LE JAPON DE LA LICORNE
(FR) LE JAPON DE ROBERT PATRICK
(Japon / FR) Les autres japonais
Methodes de Japonais pour gaijins
(Nagoya / FR) Nagoya en français
(Shikoku / FR) OGI JIMA
(Tokyo / FR) PETIT QUOTIDIEN NIPPON Route 254
(Nagano / FR) Sakana
(Tokyo / FR) Sucre (BD)
(Tokyo / FR) Tokyo Blog
(Tokyo / FR) TOKYO MON AMOUR
(Tokyo / FR) Tokyo Obsession
(Kyoto / FR) Un bayashi au Japon
(Tokyo / FR) YOUR HERO DIES TODAY

BLOGS ECRITS PAR DES JAPONAIS


(Hiroshima / JP) CARAT HIROSHIMA WEB MAGAZINE
(Hiroshima /EN / JP) DIRTY GENTLEMAN'S CLUB (by Susu)
(Tokyo / JP) DUMB WITH YOU (by Yoshi)
(Japon / France / FR) France et Japon vus par une japonaise
(Hiroshima /JP) HIROMAG
(Hiroshima /JP) KAIKO'S (By Eiji)
(Nantes / Hiroshima) Rié Chocolat
(Algérie / FR) Réflexions sur le Japon
(Japon / FR) Tu m'empêches de dormir !

 

BLOGS COREE

 

Entre Tobu et Soju
Les petites coréanneries de Marie
Madame Choi
Valeuf Corée

 

DIVERS

 

Blogs expatriés (Portail) PAS POUR DES PRUNES
Delikts aka Dee JB (Music)
La Dame Noir (Music)
La revanche du site
Leslie Plée (BD)
Radio Grenouille 888 Marseille
VIRGO MUSIC (Music)
www.anaisetpedro.com (blog, bijoux, resto Marseille)
Dzzing (Alcaline / Marseille)
Disco Outcasts (Manchester)

 

 


MES AUTRES SITES


Ju-co.com, mon portfolio graphisme / webdesign
Hiroshimarseille (Mon 1er voyage au Japon, 2006)
Mon portfolio sur portfolio-graphiste.com

 

expatriation

Archives