Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 janvier 2009 2 27 /01 /janvier /2009 02:50
jud à hiroshima
Comme les 2 dois précédentes ("Monsieur", "Journal"), le principe était de créer une compo avec l'élément fourni. A paraître d'ici peu sur le site www.querelle.fr
Repost 0
27 janvier 2009 2 27 /01 /janvier /2009 02:33
Shinenkai : fête de début d'année

Début à Oggi

jud à HiroshimaJun  et Hide

jud à HiroshimaTsukino, qui prend son père pour un sumo

jud à HiroshimaNaoki & Junn

jud à HiroshimaShiho

jud à Hiroshima jud à Hiroshima jud à HiroshimaSutomu, Sami, Eiji, Riki et Susu

jud à HiroshimaManabu, Emoto et Pon

jud à HiroshimaShiho, Mami et Yasu

jud à Hiroshima jud à HiroshimaLe Poireau d'anniversaire (?) pour Daiji, on fêtait ses 35 ans


Kaiko's

jud à Hiroshima jud à HiroshimaSakuma et Pon

jud à Hiroshima jud à HiroshimaMatada

jud à Hiroshima jud à Hiroshima jud à HiroshimaCe soir, on m'a demandé si je n'étais pas "half" (demi-portion de japonaise..., soit métisse en  français)

jud à HiroshimaNaoki, qui doit certainement préparer un mauvais coup du côté des fesses de Pon

jud à Hiroshima
Repost 0
21 janvier 2009 3 21 /01 /janvier /2009 10:03
Hier soir, alors que nous suivions plus ou moins l'investiture d'Obama, sur un écran de téléphone portable, au comptoir de Koba, quelques questions m'ont traversées l'esprit :

- C'est qui le 1er ministre japonais qui vous a semblé le plus populaire, ou celui que vous avez le plus aprécié ?

Pas de réponse très enthousiaste de la part de mes 3 interlocuteurs, d'ailleurs je n'ai pas retenu le nom qu'ils m'ont donné sans grande conviction...

- Et le pire ?

Là, réponse franche et en coeur :
- Koizumiiiiii !!!!!

(Celui qui entre autre allait visiter le sanctuaire de Yasukuni...)

Puis à mon copain:

- Mais au fait... depuis l'ère Heisei, c'est qui le nouvel empereur? C'est quoi son nom, je crois que je sais même pas...
- ffff... c'est le bordel les noms d'empereurs, c'est compliqué..
- Oui, mais c'est quoi ?
- ppp....Franchement, j'en sais rien
- T'en sais rien??? mais comment c'est possible??
- C'est possible, parce qu'on en a vaguement rien à cirer de ce guignol, et c'est la même chose pour 90% des jeunes*

  (* mes 3 interlocuteurs étaient âgés de 33, 35 et 38 ans)

Puis là un autre ami intervient :
- Si ça t'intéresse tant que ça, tu vois les camions noirs qui défilent de temps en temps dans les rues, en gueulant des conneries au mégaphone? ben eux, c'est sur ils savent, ils le connaissent par coeur....
- ...



Repost 0
20 janvier 2009 2 20 /01 /janvier /2009 12:22
Y une phrase, bien trop souvent entendue, qui me fait froid dans le dos, ou m’hérisse les poils, c’est un peu la même chose, une phrase qui à quelques variantes près donne ceci :

« Ah, les japonais, au moins ce sont des travailleurs, eux.. » (dit d’un ton rêveur, voire empreint de regret..)

En dehors du fait, que cela rappelle des phrases plutôt déplaisantes à mon oreille du genre « Travailler plus pour gagner plus », « La France qui se lève tôt » ou même « Travail, famille, patrie », voilà ce que cela me donne envie répondre :

-    Déjà, ils ont pas vraiment le choix, disons individuellement.
-    Ensuite, que dire de leur épanouissement personnel, familial, amoureux ?
-    Peut-on vraiment envier un pays où le nombre de suicides liés au travail, et de morts par épuisement cardiaque dû au surménage est franchement inquiétant ?
-    Le chômage est certe bas (quoiqu’en progression), mais le nombre de travailleurs précaires ou sans logement ne fait qu’augmenter, et le taux de rendement horaire du Japon est bien plus faible que celui des Etats-Unis ou même de la France (attention, si vous faites une recherche google, ne pas confondre comme moi au début, avec taux d’évolution du rendement ou productivité horaire, forcément supérieur vu qu’ils sont partis de très bas).

Je pense qu’ils n’ont pas plus envie de travailler que nous.
Ici la période de chômage « rémunérée » ne dure que 3 mois. Parmi les personnes que je connais, celles qui sont passées à un moment donné par la case chômage ont toutes attendu bien sagement la fin des 3 mois en se reposant et profitant d’enfin un peu de temps libre pour chercher un nouvel emploi. (et ça semble être une pratique assez courante)
D’autres, encore en profitent pour faire des petits boulots payés au black comme c’est le cas d’une amie actuellement. Ca lui laisse malgré tout le temps de souffler un peu et elle avoue que ça fait un bien fou même si au début elle se sentait un peu perdue.
Un autre a, il y a quelques temps, perdu son travail en entreprise de peinture en bâtiment après s’être cassé le bras. Il y travaillait depuis des années, se levant tous les jours à 6h et travaillant 6j/7 parfois 7/7 pendant les périodes de grosse activité. Il continue actuellement dans la même voie mais en travaillant à droite à gauche. Il avoue moins bien gagner sa vie qu’avant, mais le temps libre lui permet de se consacrer à ses passions (musique et graphisme entre autre) , à d’autres activités comme la pêche ou le skate, ainsi qu’à sa copine, et pour rien au monde il ne voudrait reprendre son boulot précédent ni la vie qui va avec.

L’année dernière, je vivais en collocation avec 2 amies japonaises, l’une travaillait 50h minimum par semaine (sans compter les réunions, ou formations), mais devait travailler plusieurs soirs par semaine jusqu’à 3h du matin pour combler un découvert, l’autre, coiffeuse, n’avait que son lundi, terminait le mercredi soir vers minuit pour les entrainements et avait souvent des réunions de travail qui duraient jusque vers 23h ou plus.
Elles avaient encore la chance de n’habiter qu’à 10 min à pied de leur lieu de travail, ce qui est rarement le cas dans des grandes villes telles que Tokyo, où l’on peut facilement ajouter 2 à 3h supplémentaires par jour passées dans les transports et autant de sommeil ou temps libre en moins.
Je les voyais litteralement achevées, rentrer et s’affaler à même le sol sur le tapis chauffant et s’endormir dans la minute. Lorsqu’elles étaient malades, même avec 38 ou plus de fièvre, elles mettaient leur masque sur la bouche et partaient tout de même travailler avec les cernes et un mal de crâne pas possible, parce qu’à moins d’être hospitalisé, les journées de maladie sont décomptées des 10 jours annuels de congés payés dont on peut rarement choisir la date selon le secteur d’activité.
Je les entendais souvent dire « ha qu’est-ce que j’aimerais me reposer » ou « pouvoir prendre suffisamment de jours d’affilée pour partir à l’étranger ».

Les gens n’ont pas le temps de voir leur famille, comme on le voit actuellement dans une pub, quand le père rentre tard le soir, femme et enfants (qui dorment en plus généralement dans le même lit – mais c’est un autre sujet ) sont déjà couchés.
S’ils s’ont célibataires, ils n’ont guère non plus le temps de faire des rencontres, ou à la va-vite dans ce qu’on appelle des Konpa (repas organisés pour célibataires).
On en arrive donc (mais ce n’est peut-être pas la seule raison) à un des rares pays au monde où la démographie est à ce point en chute.

On parle souvent de la consommation excessive d’alcool des salaryman, mais n’est-ce pas un réflexe assez courant, humain, de boire pour oublier la fatigue, le stress, et s’amuser rapidement durant les quelques heures de liberté quotidienne ? Je pense que si l’on comparait la consommation de pinard des ouvriers français il y a quelques décennies... mais bon je m’égard..

Enfin voilà, s’il y en a que ça laisse toujours rêveur....

(bon et par pitié pas de polémique sur les 35 ou 39h en France, c’est hors-sujet, puis bon là on parle de gens qui en bossent 50 minimum..)

Promis je reviens avec des sujets plus marrants la prochaine fois
Repost 0
19 janvier 2009 1 19 /01 /janvier /2009 09:17
Ce dimanche, comme d'habitude lorsque je suis seule et que je n'ai rien de particulier à faire, j'ai passé ma journée, en pyjama, au chaud sous la couette, entre bouquinage*, zappage* de télé et goinfrage*.
Comme souvent le dimanche, une chaîne proposait des combats de sumo. Ma capacité d'attention pour ce genre de programme ne dépasse habituellement guère plus les 30 secondes, tellement ça m'a l'air barbant.
Mais cette fois-ci, je me suis dit "allez, courage, on s'y colle, et si on regardait un peu ce que c'était, histoire de dépasser ses idées préconçues"


Résultat des courses, ben ... c'est chiant. L'impression qu'il ne se passe strictement rien :

2 gros tas de viande, sur une petite piste ronde, qui montrent leur ficelle de string (j'ai toujours l'angoisse qu'un bout de quéquette vienne malencontreusement à sortir, remarque ça mettrait un peu l'ambiance..)
Pendant 20 minutes on les voit faire des tours de piste, se taper le bide de la main droite "ça t'en bouche un coin, ce beau tas de graisse, hein?", lancer des graines à des poules imaginaires, venir se mettre à croupis face à face, derrière la ligne (là on croit que ça va commencer), ...pis non ils se relèvent, puis recommencent toutes les opérations précédentes pendant un certain temps, jusqu'à ce qu'enfin ils se tiennent prêts, face à face, accroupis jambes écartées les mains sur les cuisses.

Puis là, l'arbitre, avec son très joli costume, écarte les jambes lui aussi, abaisse sa "raquette de ping-pong", le crêpage de chignon huileux peu commencer, l'un des 2 gros saute sur l'autre, l'attrape par le slip et l'envoie  valdinguer en-dehors du cercle, ça doit durer 30 secondes à tout casser, et voilà, le match est fini...

J'avais ouï-dire que les sumo étaient encensés par les femmes, pourtant l'âge moyen du public ne descend guère en-deça de celui de Tortue Géniale..
Je pensais que la majorité des lutteurs étaient japonais, mais il y avait aussi pas mal de sumo étrangers : bulgares, mongols, quelques autres occidentaux dont je n'ai pas noté la nationalité..

Bon après vérification chez wikipédia, j'ai plutôt bien décrit l'affaire je crois :
bon en fait ils ne jettent pas des graines, mais du sel, en rite de purification
le "string" s'appelle en fait mawashi
et l'arbitre ne porte pas de raquette de ping-pong mais un éventail
par contre je n'ai rien trouvé sur la signification des coups qu'ils se portent au ventre, j'imagine que c'est une sorte de mise en scène visant à impressionner l'adversaire...
je laisse le lien wikipedia, si des fois vous aviez des gens à impressionner lors de votre prochain dîner en ville...

Sinon à propos des gros, puisqu'on y'est :

Les japonais semblent se moquer d'eux sans aucune retenue.
Mais plus surprenant, à la télé, les gros semblent  jouer le jeu, se mettre eux-mêmes en scène, confirmer le fait que oui, être gros, c'est drôle.
(D'ailleurs, au moindre gramme en plus, vos amis ne se gêneront guère pour vous faire une remarque.)

Recemment j'étais tombé sur une emission, dans laquelle ils avaient consacré une rubrique aux gros "デブ"  (debu) (je n'ai pas de confirmation à ce sujet, mais il me semble tout de même que le terme est légèrement péjoratif), ils avaient donc nommé le sujet  "おデブ" (o-debu, o- étant plus ou moins un préfixe honorifique, un préfixe que l'on rajoute devant certains mots du quotidien, tels que "baguettes", "thé", "toilettes".. pour leur redonner un peu de classe lorsqu'on veut parler poliment).
Les invités étaient donc une huitaine d'hommes et femmes obèses, auxquels on posait des questions un peu grotesques, dignes d'élèves de CE2. On les regardait et mesurait  en détail, l'un des invités-présentateurs (Masahiro Nakai du groupe SMAP) allant même jusqu'à tripoter un bout de graisse de l'un en lui demandant innocemment "mais, c'est quelle partie de votre corps ça? ça vient du ventre ou de la cuisse??" (j'avoue que je m'étais posée la même mais bon..)
On voyait brièvement en vidéo leur quotiden, ce qu'ils arrivent à faire ou n'arrivent pas à faire.
Les blagues puériles fusaient.

A 2 talento obèses présentes sur le plateau, on demandait "ha ben, alors , vous devez vous sentir bien aujourd"hui ?!"
Naomi Watanabe, dont le seul sketch que j'aie vu jusqu'à présent, consiste à immiter Beyoncé (playback et chorégraphie) en faisant bouger ses bourrelets.


Et Kanako Yanagihara, très populaire (apparaît dans de nombreuses pubs, et dans toutes les émissions humoristque (Owarai), même si je n'ai jamais vraiment prêté attention à ce qu'elle disait, le style et le jeu m'ont l'air plutôt sympa)


A ma grande surprise, en tapant デブタレント (debu-tarento : gros-talento), je suis  tombée sur une page leur étant dédiée sur le wikipedia japonais, ça semble donc être une catégorie de personnalités ou comiques à part entière !

*désolée
Repost 0
15 janvier 2009 4 15 /01 /janvier /2009 04:47
Partie 1 : Anniv de Sachi à AUX DINING

jud à HiroshimaRu, Makiko

jud à HiroshimaMakiko, Azusa, Tama, Pon, moi et Sachi

jud à HiroshimaPon et Sarika

jud à HiroshimaSarika, Yurika, Achico et Ru

jud à HiroshimaL'okonomiyaki-d'anniversaire, avec le prénom en mayonnaise

jud à HiroshimaSachi, Miwa et Pon

jud à Hiroshima

Suite à Choi-Choi

jud à Hiroshima jud à HiroshimaManabu, Junn et Sachi

jud à Hiroshima jud à Hiroshima jud à Hiroshima jud à HiroshimaMiwa, la chauffeuse de salle

jud à Hiroshima jud à HiroshimaKeiko


Suite à Mugen

jud à HiroshimaUshi qui fait une imitation de Yasushi

jud à HiroshimaJun et Matada

jud à Hiroshima jud à Hiroshima jud à HiroshimaOn dirait que je me fais engueulée...

jud à HiroshimaMatada et Sakuma

jud à HiroshimaClose-up sur Naoki

A propos d"yeux bridés, si vous ne savez pas bien faire la différence entre des yeux chinois, coréens et japonais :
- japonais : un peu comme ci-dessus, ligne horizontale en dessous et arc-de-cercle au dessus
- chinois : super bridés à l'horizontale ( - - )
- coréens : très bridés également, mais l'angle exterieur remonte en l'air ( \ / )
Après biensûr y a pleins de types différents, mais c'est en tous cas comme ça que les japonais imitent leurs voisins, et c'est ce qu'on peut constater assez fréquemment.


Le lendemain soir à Edge

jud à Hiroshima jud à HiroshimaLa sublime Minyako, déguisée en sorcière à oreilles de chat, comme ça, sans raison, parce que c'est encore Shôgatsu m'a-t-elle dit...
Repost 0
15 janvier 2009 4 15 /01 /janvier /2009 04:39
Lunch au Shusaku Hotel, dans une petite rue perpendiculaire à Namiki Dori. On y a le choix enter 4 ou 5 sets de cuisine traditionnelle japonaise (miso, sashimis, etc..) pour moins de 1000 yens. Au 3ème étage ce sont des tables normales, et au 4ème, des petites pièces semi-privées en zashiki (table basse, avec renfoncement pour passer les jambes)

jud à HiroshimaShiho, son neveu, son frère et sa belle soeur.

jud à HiroshimaQuand un japonais ne fait pas très japonais, les gens disent immédiatement qu'il ressemble à un Okinawa-jin, c'est le cas du frère de Shiho.

jud à HiroshimaBobby, qui s'est contenté d'une bière

jud à HiroshimaDe délicieuses yaki-ramen, quelques tsukemono (les petits légumes croquants), une soupe miso, des karaage (beignets de poulets mais avec morceaux de poulets entiers à l'intérieur), un bol de riz et des épinards au sésame.
Repost 0
Published by jud3030 - dans Resto
commenter cet article
15 janvier 2009 4 15 /01 /janvier /2009 04:31
La semaine dernière, on m'a emmené dans un bar à vin fort sympathique. Dans les petites ruelles entre Nagarekawa et Yagenbori. Lumière et ambiance feutrées, Gainsbourg en fond musical.  Un grand choix de vins français et italiens principalement.

jud à HiroshimaRicky et Shiho

jud à Hiroshima jud à HiroshimaLes 2 serveurs qui parlent un peu français et se rendent en France tous les 6 mois pour se réaprovisionner.

jud à HiroshimaPlateau de fromage et pain grillé
Repost 0
14 janvier 2009 3 14 /01 /janvier /2009 13:34
Baguettologie
L'autre jour, à la sortie de l'expo Rokkaku Shisui (je reviens dessus un peu plus tard *), où nous sommes rendus in extremis, soit le dernier jour de l'expo 1h avant la fermeture du musée, nous avons croisé Martin, un étudiant allemand en design que j'avais rencontré l'année dernière et plus ou moins perdu de vue.
Nous allons donc tous les 3 manger un petit bout.
Et là, stupeur... alors que nous étions tous concentrés sur l'absorbage de nos plats respectifs, mon copain s'arrête et nous sort :
- C'est dingue, vous tenez vraiment bien les baguettes..
0_o !!!
Baguettes que je faillis lâcher sous le choc.
Non mais il a craqué?? qu'est-ce qui lui prend?? pas lui? pas le coup des baguettes? (voir cet article) alors qu'on se connaît depuis 2 ans et demi, que depuis une dizaine de mois on mange au minimum une fois par semaine ensemble ?
Je me retourne, le visage pleins de détresse, et lui demande :
- Mais pourquoi tu nous dis ça??!
- Ben regarde comme je les tiens moi!! Un mauvais défaut pris à l'enfance.


En effet, bien qu'il soit bien plus habile dans les opérations particulières genre découpage de poisson réticent et compagnie, sa manière de tenir les baguettes est assez free-style, la main à l'envers, les doigts biscornus, bref rien à voir avec ce qu'on vous apprend habituellement, tandis que nous, qui avons appris à l'âge adulte, les tenons de manière plus académique. Plus ou moins ça en-dessous :


Et c'est pas la première fois que des amis me faisaient ce genre de réflexion.
La palme de la bizarrerie en tenue de baguette revient sans doute à l'une de mes 2 colocataires de l'année dernière.
En gros ça donnait un peu ça.


Je sais même pas comment elle arrivait à les actionner, enfin, elle m'a avoué tout de même que dans certaines situations elle était un peu handicapée mais qu'il était maintenant trop tard pour se corriger.
C'est un peu comme les gens qui tiennent leur stylo de traviole (du moins par rapport à ce qu'on nous apprend en CP). Chacun  son style.
Du coup on me fait souvent lever mes baguettes pour admirer le travail "Ha ouai!! c'est beau!! ça claque, c'est comme ça qu'il faut les tenir normalement!"
En juillet 2007, une copine d'Aix était venue me rendre visite, et je moquais du fait qu'elle croise ses baguettes. Un copain, qui pourtant ne pite que dalle en français était cependant intervenu pour prendre sa défense :"Regarde, moi aussi je les croise, depuis que je suis petit, et ça m'empêche pas de manger"


J'avais lu (mais alors je ne sais plus du tout où) que la manière la plus classe et élégante de les tenir, c'était d'utiliser un maximum de doigts. Ca me semble pas faux puisque j'ai remarqué que beaucoup de garçons (peu soucieux de considérations de cet ordre-là) ne les tenaient quasiment qu'à 2 doigts.
Donc pour résumer, si on vous complimente sur les baguettes, c'est certainement plus pour votre élégance que pour votre habileté à les utiliser.

Black&Decker
Par contre, là où on vous loupera pas, et où on ne se gênera pas le moins du monde pour se moquer de vous, c'est pour les plats de nouilles : soba, udon, ramen, voire spaghetti (mais là ils font déjà un peu moins les malins).
Parce que quand on est japonais, fille ou garçon, et ce quel que soit le rang social, on aspire ses nouilles (y en a qui étendent le procédé à tout ce qui se mange), de manière ultra bruyante.
Certains ont dû se faire poser un moteur et un sac dans le fond de la gorge, vu la puissance d'aspiration et la distance baguettes / bouche, la rapidité de vidage de bol et le bruit qui en résulte.(une petite démonstration ici mais vraiment très soft - la vidéo tout à la fin, quelques jours après mon arrivée à Hiroshima)
Ben non, moi je n'y arrive pas puis en même temps j'ai pas particulièrement l'envie de m'y mettre. Je reconnais que ça semble avoir l'avantage d'éviter de se brûler même sans trop faire "foufou" (on dit comme ça en japonais quand on souffle sur la nourriture ふふ する) et de manger 10x plus vite.
Moi je finis 1x sur 2 à sucer des glaçons (au sens propre du terme) pour calmer les douleurs.
Ca semble faire chic ici de manger des plats à 99°C, ou alors ils naissent peut-être avec un revêtement en polyuréthane dans la bouche. J'ai déjà été "réprimandée" sur le fait que je ne pouvais pas manger comme eux de métal en fusion (voir l'article sur la copine qui voulait me forcer à manger des arrêtes de poisson).
A la fin des cours de Yoga, on nous offre toujours du thé : alors que je commence à peine à réussir à tremper le bout des lèvres, les autres ont déjà bu cul sec leur tasse.

Ma gyaru
Je suis triste, mon 1er spécimen de "gyaru" (ou cagole japonaise) n'est pas revenue en cours (elle était venue prendre une leçon d'essai pour se décider entre le français et l'anglais). J'ai dû être punie par le kami (dieu) des gyaru pour m'être trop moquer de son accoutrement. Pourtant elle avait l'air d'être assez rigolote, d'avoir un sacré tempérament.
A propos, si vous avez le courage de lire 12 pages de texte photocopié et en anglais, je vous conseille cette étude socio-linguistique sur les "kogyaru" (lien partagé par l'auteur de "Your Heroe Dies Today"). On nous y apprend comment ces filles provocantes et dont les médias ne se lassent pas, ont sû créer leur propre langage, leurs propres codes et leur propre mode de vie, en totale opposition avec les modèles établis et ce qu'on attend habituellement de la femme au Japon. On y apprend également que déjà à l'époque Meiji, et à diverses périodes du XXème siècles, des groupes de filles affichant une certaine indépendance, des choix linguitsiques, moraux, ou comportementaux différents avaient étés pointés du doigt.

Glamorama
Les rares fois où j'ai évoqué l'homosexualité au Japon, je n'avais que très peu de sources pour pouvoir parler de leur quotidien et de leur place dans ce pays, si vous souaitez en savoir plus, le blog de RoXas (lien chopé chez Clarence Boddicker) plutôt bien écrit (malgré les affreuses fautes d'othographe) d'un jeune homo français de 18 ans, un apprenti "gyaru-o" qui dépeint quotidiennement le shibuya crasseux, sexe-drogue-et-rock'n roll du monde du mannequinat et des "host", mégalo autoproclamé affichant sans complexe son côté midinette. Il décrit ce qu'il appelle la "débauche glam" d'un Japon plutôt glauque, provoquant le lecteur à coup de "vous me détestez et vous avez raison". Je vous conseille cependant de passer les 1ères pages (derniers articles) où il chiale sur son retour en France, après ça devient un peu plus intéressant. (Bon attention, y a aussi des passages un peu comiques, quand il prétend que "host" est le métier dont tout le monde rêve et sur lequel tout le monde fantasme.)
Il s'interroge aussi pas mal sur l'apparente et effrayante absence de sentiments des japonais (à développer peut-être dans un prochain article, là j'ai un peu la flemme)
Il cite un moment Murakami Ryu mais je le soupçonnerais d'avoir certainement aussi lu son cousin américain Bret Easton Ellis.

*Mr Hexagone
Voilà, j'allais l'oublier lui. Rokkaku Shisui (dont le nom signifie hexagone) est un artiste originaire d'Hiroshima qui a réalisé principalement de magnifiques lacques au début du siècle dernier. Il a également restauré le temple shinto Utsukushima sur l'Ile de Miyajima, lui redonnant sa couleur rouge vermillon originelle qui avait été oubliée durant des siècles.
Repost 0
10 janvier 2009 6 10 /01 /janvier /2009 08:18
Le blog n'a pas vocation à devenir musical
je laisse ça à nos experts marseillais
La Dame Noir
Virgo Music

mais pour une fois que je trouve un truc que je cherche sur Deezer,
voilà ça tourne en boucle au 7-28 Fukuromachi
La remix de "Heartbreaker" de Metronomy par Discodeine



L'original est cool aussi, juste un poil moins pêchu peut-être



Tant qu'on est dans la musique, je vous rappelle  (ou vous apprend) que l'on peut écouter l'excellente radio made in Marseille, Radio Grenouille, en se connectant sur leur site www.grenouille888.org
Musiques variées et de qualité, mix, émissions, résidences d'artistes, évènements et ... pas de PUB ! ni de variétoche ni de mainstream.

ネットではマルセイユの有名なGRENOUILLEってラジオも聞ける!
PAULもYANNもMAJOOもそのラジオでDJして、いい音楽も聞ける!

右の上にクリックして

プレーヤーを選んで

ここにクリックして、聞いて、ENJOY!
Repost 0
Published by jud3030
commenter cet article

Présentation

  • : Jud à Hiroshima
  • Jud à Hiroshima
  • : Ma vie quotidienne à Hiroshima depuis le 28 Juin 2007
  • Contact

C'est quoi ce blog ?

Ce blog n'est pas un site informatif sur le Japon, ce n'est pas un blog sur les mangas ni la J-Pop... C'est un roman-photo. Il s'adresse avant-tout à mes amis (la communauté Hiroshimarseille) et ma famille, c'est juste ma vie quotidienne à Hiroshima et quelques réflexions et anecdotes à propos de ce que j'observe ici mais WELCOME, ne vous gênez pas pour venir jeter un coup d'oeil ou laisser un commentaire.

Rechercher

LIENS

BLOGS / SITES HIROSHIMA


(JP) CARAT HIROSHIMA WEB MAGAZINE / BLOGS
(JP) Chapeaux SANSO (by Hide)
(EN / JP) DIRTY GENTLEMAN'S CLUB (by Susu)
(EN / JP) GET HIROSHIMA (Infos / Petites annonces)
(JP) HIROMAG (Mag / Portail / Blog)
(JP) KAIKO'S (By Eiji)
(EN) LITTLE FOREIGNER
(EN) WINDCHEATER
(JP) CHERRY

 

BLOGS JAPON


(Tokyo / FR) BAKAPULU
(Tokyo / EN) Benoa in Japan
(Japon / FR) Bulles de Japon
(FR) Clarence Boddicker's nasty diary
(Tokyo / FR) De peu pour faire un monde
(FR) DRINCK COLD
(Tokyo) FLO A TOKYO
(Tokyo - Fukuoka / FR) Fujijana
(Fukuoka / FR) Fuji la canaille

(Tokyo / FR) Issekinicho (BD/Photo)
(Tokyo / FR) Japan Through Blue Eyes
(Japon / FR) Japon : 2 ou 3 choses...
(Osaka / FR) JAPONWEIRD
(Tokyo / FR-JP) Julie Blanchin (BD)
(Tokyo / FR) KED-O-KILL
(Kyoto / FR) LA RIVIERE AUX CANARDS
(Tokyo / FR) L'écureuil volant dans l'espace
(Tokyo / FR) Le Japon
(Sapporo / FR) LE JAPON DE LA LICORNE
(FR) LE JAPON DE ROBERT PATRICK
(Japon / FR) Les autres japonais
Methodes de Japonais pour gaijins
(Nagoya / FR) Nagoya en français
(Shikoku / FR) OGI JIMA
(Tokyo / FR) PETIT QUOTIDIEN NIPPON Route 254
(Nagano / FR) Sakana
(Tokyo / FR) Sucre (BD)
(Tokyo / FR) Tokyo Blog
(Tokyo / FR) TOKYO MON AMOUR
(Tokyo / FR) Tokyo Obsession
(Kyoto / FR) Un bayashi au Japon
(Tokyo / FR) YOUR HERO DIES TODAY

BLOGS ECRITS PAR DES JAPONAIS


(Hiroshima / JP) CARAT HIROSHIMA WEB MAGAZINE
(Hiroshima /EN / JP) DIRTY GENTLEMAN'S CLUB (by Susu)
(Tokyo / JP) DUMB WITH YOU (by Yoshi)
(Japon / France / FR) France et Japon vus par une japonaise
(Hiroshima /JP) HIROMAG
(Hiroshima /JP) KAIKO'S (By Eiji)
(Nantes / Hiroshima) Rié Chocolat
(Algérie / FR) Réflexions sur le Japon
(Japon / FR) Tu m'empêches de dormir !

 

BLOGS COREE

 

Entre Tobu et Soju
Les petites coréanneries de Marie
Madame Choi
Valeuf Corée

 

DIVERS

 

Blogs expatriés (Portail) PAS POUR DES PRUNES
Delikts aka Dee JB (Music)
La Dame Noir (Music)
La revanche du site
Leslie Plée (BD)
Radio Grenouille 888 Marseille
VIRGO MUSIC (Music)
www.anaisetpedro.com (blog, bijoux, resto Marseille)
Dzzing (Alcaline / Marseille)
Disco Outcasts (Manchester)

 

 


MES AUTRES SITES


Ju-co.com, mon portfolio graphisme / webdesign
Hiroshimarseille (Mon 1er voyage au Japon, 2006)
Mon portfolio sur portfolio-graphiste.com

 

expatriation

Archives