Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 décembre 2008 2 30 /12 /décembre /2008 20:18
J'ai réçu beaucoup de questions à propos de Noël au Japon et n'ai pas forcément répondu correctement. Est-ce que ça se fait? Est-ce que ça ne se fait pas? je ne peux parler que de mon expérience, mais j' ai l'impression que contrairement à chez nous en général, c'est beaucoup moins une "obligation", c'est à-à-dire que ça se fait si on en a l'occasion, qu'on n'a pas à se lever le tôt le lendemain, que l'on a une proposition du petit copain ou des amis, bref passée l'enfance, c'est free-style, entre potes, mais aucune obligation familiale contrairement à "shougatsu" : le début d'année.
Donc selon ces apparentes coutumes j'aurais dû le passer avec mon copain, mais celui-ci m'a appelé un peu trop tard alors que j'avais déjà cette proposition pour passer la soirée chez Makiko.

jud à HiroshimaPon, Kure (qui fêtait Noël pour la 1ère fois de sa vie), et Makiko

jud à HiroshimaSarika qui ouvre le cadeau que je lui avais rapporté (j'ai cru prendre une envie de meutre au magasin de jouet : à la caisse je n'avais pas entendu ce que m'avait dit l'une des 3 caissières et celle-ci croyant que je je ne comprenais pas du tout le japonais, a littéralement baissé les bras, fait une tête de désespoir et regardé autour d'elle avec une tête au bord des larmes, genre "ça y'est ça tombe sur moi" jusqu"à ce que je la sorte de son cauchemard en lui disant qu'elle pouvait répeter en japonais)

jud à HiroshimaSarika et Yurika avec mes cadeaux

jud à Hiroshima jud à Hiroshima jud à Hiroshima jud à HiroshimaPon en Père-Noël

jud à Hiroshima jud à Hiroshima jud à Hiroshima jud à Hiroshimaouai y'avait même un sapin...

jud à Hiroshima jud à HiroshimaSarika à poil, tranquille...

jud à HiroshimaMakiko qui nous a expliqué l'histoire de Noël et du petit jésus né le 25 décembre parce qu'elle a fait 3 ans dans un collège catholique très sévère.
D'ailleurs ce soir là, contre tout attente ça a parlé histoire, politique, religion...
Ils m'ont fait un éloge de notre aptitude à faire des grèves et protester en France. Pon me disait avec regret que tout ce qu'ils avaient pu faire, étant un pays petit et faible, c'était les kamikaze, comme forme de protestation ou de resistance. (la juxtaposition de ces 2 sujet peut paraître bizarre mais je fais un énorme raccourci dans la conversation..)
Ils regrétaient tous 3 également avoir une Histoire plutôt courte.
Enfin Pon m'a parlé des 3 personnages japonais qui l'avaient le plus marquée : Mishima, Kurosawa et le 3ème, je ne l'ai pas retenu parce que je ne le connaissais pas. (c'était pour contrebalancer un peu les critiques précédentes contre son pays)

jud à Hiroshima jud à Hiroshima jud à Hiroshima jud à Hiroshima jud à Hiroshima jud à Hiroshima jud à Hiroshima jud à HiroshimaLe retour de Kure en Père-Noël

J'ai appris par les petites ce soir là que le Père-Noël était findandais et qu'il partait anglais (puisque selon les enfants, tout ce qui ne parle pas japonais parle anglais)



Sur cette vidéo (un peu longue je reconnais) on peut voir à la fin Pon demander du camembert pour moi au Père-Noël

Repost 0
Published by jud3030 - dans Home party
commenter cet article
22 décembre 2008 1 22 /12 /décembre /2008 16:52
Suite à notre rencontre, le 6 Août 2008 à Hiroshima, lors de la soirée de commémoration de la bombe SUMMER OF LOVE, organisée par SleepyEye, Guylaine Idoux, journaliste chez ELLE Provence entre autre, a décidé d'écrire un article sur mon blog.
Il est paru cette semaine dans un article nommé "Le Top des blogs de Provence"

"Le Plus exotique
Le pitch? C'est Jud à Hiroshima, ou les aventures de Judith Cotelle, 29 ans, une Marseillaise installée depuis un an dans l'ex-cité martyre du Japon.
Si cette dernière ne vous évoque que l'épouvante de la bombe A, filez sur ce blog qui présente la nouvelle Hiroshima, celle qui a su renaître de ses cendres en devenant une cité gaie et branchée.
La jeune graphiste y chronique ses tribulations au sein d'une bande de trentenaires japonais pleins d'humour : "Kiyo a mangé l'oeil du poisson", "les pédales fluos de mon BMX", "les crevettes de la mère de Daiji"...
Drôle et élégant.
Le plus, Judith destinait son blog à ses amis, "la communauté hiroshimarseille".
Le resultat de savoure comme un roman."


GUYLAINE IDOUX
ELLE PROVENCE, 13 Décembre 2008

Repost 0
Published by jud3030
commenter cet article
22 décembre 2008 1 22 /12 /décembre /2008 16:20
Pour les 30 ans de Miwa, nous avions loué un cottage dans à la campagne, à 40min du centre d'Hiroshima.
N'étant qu'entre filles, c'était plutôt relax : pyjamas pas glamour, grosses chaussettes, lunettes, スッピン (suppin : sans maquillage), jeux de carte, massages, bains et nabe.

jud à HiroshimaPon et Miwa

jud à HiroshimaSur la droite des tsukemono (légumes croquant macérés)

jud à HiroshimaAzusa

jud à HiroshimaSachi et Pon

jud à Hiroshima jud à HiroshimaNous avons passé une bonne partie de la soirée à jouer au 大富豪 (daifougoo : un jeu où il faut se débarasser le plus vite de toutes ses cartes)

jud à HiroshimaShizuku, 4 ans

jud à Hiroshima jud à HiroshimaApparamment mon portrait

jud à Hiroshima jud à Hiroshima jud à HiroshimaShizuku et Shiho

jud à Hiroshima jud à HiroshimaJunn

jud à HiroshimaKaori, la maman de Shizuku

jud à HiroshimaVue de la terrasse

jud à HiroshimaFace avant du cottage

jud à HiroshimaUn petit tour dans l'aéroport d'Hiroshima en attendant le bus pour rentrer

jud à Hiroshima jud à Hiroshima jud à HiroshimaMiwa qui part en voyage
Repost 0
Published by jud3030 - dans Home party
commenter cet article
22 décembre 2008 1 22 /12 /décembre /2008 15:58
Cette fois-ci, la mensuelle "Do the LIGHT thing" organisée par Susu et Daiji de SleepyEye, se nommait "DO the DISCO thing" parce qu'elle était organisée en collaboration avec les dj's de DISCO UNION, des amis proches (et musicalement proches).
Comme à chaque édition, ils avaient imprimé un briquet flyer / invitation, mais je l'ai perdu, donc pas de photo...

Pour voir les édition précédentes :
Do the Light Thing III
Do the Light Thing II
Do the Light Thing I

jud à HiroshimaUshi

jud à HiroshimaDai de Disco Union

jud à HiroshimaDaiji

jud à HiroshimaJunn et Hide

jud à Hiroshima jud à Hiroshima jud à HiroshimaSusu

jud à HiroshimaChika et Matada

jud à HiroshimaDaiji qui me croque la tête

jud à HiroshimaUshi et Shiho

jud à HiroshimaAchico, Mayumi la copine d'Ushi et Suguru

jud à HiroshimaUshi, Gori (qui revenait de son tour d'Europe, il a passé entre autre un long séjour à Marseille) et Pon

jud à Hiroshima jud à Hiroshima jud à HiroshimaNous nous étions parlé sur Skype lorsqu'il était à Marseille avec Shin-chan (qui est parti 1 an en working-holiday à Marseille) mais nous nous rencontrions pour la 1ère fois ce soir.

jud à HiroshimaIyo et Achico

jud à Hiroshima jud à HiroshimaNaoki qui n'a pas pu s'empêché....

jud à HiroshimaDaiji, endimanché parce qu'il jouait juste avant dans une soirée "dress-code" organisée par Manabu

jud à Hiroshima jud à Hiroshima jud à Hiroshima jud à HiroshimaLa corne que Daiji avait acheté sur la plage à Barcelone cette été (la session Barcelone est visible dans la rubrique ヨーロッパ)
Repost 0
22 décembre 2008 1 22 /12 /décembre /2008 15:22
Les derniers nouveaux trentenaires de l'année. Nous ne sommes plus que 4 同級生 (doukyuusei : personnes du même âge d'avril à avril) dans la vingtaine jusqu'à l'année prochaine : Ru, Shiho, Nao et moi (1979)

jud à HiroshimaMiwa, Makiko qui pour une fois était sortie sans ses 2 filles (ouf !), Asuza et Pon

jud à Hiroshima jud à Hiroshima jud à Hiroshima jud à HiroshimaJunn et Chika, la femme de Mizupi que l'on peut voir dans l'article précédent

jud à HiroshimaLa carte de voeux que j'ai design-ée pour Junn et qu'elle a imprimée en un nombre incalculable d'exemplaires (oui ici la tradition des cartes de voeux est encore bien encrée, elle m'a d'ailleurs remercié de lui avoir fait une carte  2 en 1 : fin d'année et début d'année, parce qu'habituellement elle envoie 2 cartes différentes par personne)

jud à Hiroshima jud à HiroshimaLes tatouages de Chika

jud à Hiroshima jud à Hiroshima
Le restau choisi pour l'anniversaire de Makiko n'était pas franchement des plus agréables, des tas de grandes tables toutes sérrées les unes contre les autres : des tables de Bounenkai, d'anniversaires et de konpa toutes plus bruyantes les unes que les autres, une chaleur étouffante et la fumée qui piquait les yeux.
Sur cette photo, vous pouvez voir en arrière plan une table de Konpa (c'est la contraction de 2 mots anglais je crois mais j'ai oublié lesquels) : le principe : un nombre égal de filles et de garçons célibataires dînent ensemble dans l'espoir de former des couples.
En début de repas ils avaient l'air tous très coincés et mal à l'aise, ensuite, l'alcool aidant sûrement, ils étaient un peu plus détendus. Ils étaient sagement assis en rang les filles d'un côté, les garçons de l'autre.
J'ai d'abord demandé à Junn comment ça se passait réellement, si par exemple 2 personnes se plaisent, comment elles passent à la suite, etc.. mais elle a éclaté de rire en me disant qu'elle n'avait aucune expérience de Konpa, je me suisdonc tournée vers 2 autres amies, en leur demandant s'il y avait des signes, des codes, genre "tirez vous l'oreille gauche de la main droite, en faisant un clin d'oeil" mais elles m'ont dit qu'elles étaient toujours rentrées bredouilles et trop îvres...
Une fois la période du lycée passé au Japon, pour beaucoup les rencontres s'avèrent difficiles. Les japonais sortant pour la plupart entre filles ou entre garçons, mais rarement ensembles. A part les amies très proches, je n'ai jamais rencontré les petits amis ou maris des autres copines avec qui on fait pourtant pas mal de sorties. Mais c'est la même chose pour les copains, certains ont des femmes, des petites amies ou des enfants, que je n'ai jamais rencontré. La dernière fois que j'ai organisé un repas à la maison, un copain m'a demandé s'il pouvait venir avec sa fille, j'ai été vraiment surprise, je le pensais célibataire et tout à coup je découvre que non seulement il ne l'est pas, mais qu'en plus il est marié et a des enfants !!! ( Vitch que l'on peut voir dans cet article et qui n'a pas vraiment la tête ni l'allure d'un père de famille, comme quoi)

SUITE A CHOI-CHOI

jud à HiroshimaTama et Shiho

jud à HiroshimaKure-kun (je leur ai appris l'expression "un loup dans la bergerie" qui tombait à point mais ne veut rien dire en japonais), Pon et Sachi

jud à HiroshimaSachi

jud à HiroshimaCe fameux Kure-kun est un garçon un peu "rustre", il parle comme un vieux paysan d'Hiroshima, quand il donne une tape dans le dos (ce qui arrive fréquemment) il n'y va pas de main morte et s'adresse aux gens en leur disant "o-mae", ce qui donne un peu un côté "et toi là".
Lorsque je l'ai rencontré pour la 1ère fois et jusqu'à il y a peu, il n'avait plus aucune dent en haut.
Il m'a à un moment interpelée en disant "hé la française, la française !" ce qui lui a valu une réaction immédiate et générale de toutes les copines présentes "elle a un prénom !!!!"...

jud à Hiroshima jud à Hiroshima
Petite séance de coiffure pour Kure


Repost 0
19 décembre 2008 5 19 /12 /décembre /2008 12:14
Jun Kuma (notre Dr ès Okonomiyaki) et Jiro (aka Ray Paloma le catcheur mexicain) organisaient mecredi dernier dans le petit club Astro, une soirée rare soul, black music (ils nous ont même dégoté des morceaux japonais)

jud à Hiroshima jud à Hiroshima jud à HiroshimaKin et Mizupi

jud à HiroshimaEiji et Daiji

jud à HiroshimaJiro

jud à HiroshimaJun Kuma ("kuma" veut dire "ours" en japonais)

jud à Hiroshima jud à HiroshimaEckel et Jeckel

jud à Hiroshima jud à Hiroshima jud à HiroshimaMari la croqueuse qui s'empare d'une proie, ici Itsu

jud à HiroshimaAoi et Eiji

jud à Hiroshima jud à Hiroshima
C'était encore une soirée "familiale", le club était vide,  seulement les irréductibles.
Et une petite vidéo, la qualité n'est pas terrible mais c'est juste pour mettre dans l'ambiance musicale
Repost 0
16 décembre 2008 2 16 /12 /décembre /2008 17:25
Voir le 1er épisode : les légumes de la 4e dimension

jud à HiroshimaVoilà un joli paquet mignon tout plein de ginnan,
Vous avez déjà vu en France des petits pois ou des navets se payer des mines si guillerettes ?

jud à HiroshimaVoilà, on les fait griller à la poêle, on les décortique, un peu de sel, et c'est parti

jud à Hiroshimaet là, ce sont des sprouts, j'adore ce nom, des pousses de je ne sais quel plante, peut-être d'épinards... bon les fans de régimes macrobiotiques et autres sectes dans le genre pas la peine de venir me dire qu'on trouve aussi ça en France, on en trouve peut-être mais c'est loin d'être aussi commun qu'ici, ça court pas les Super U, et le prix n'est sûrement pas le même non plus (38 yens pour ceux là)

jud à Hiroshimaon coupe la touffe blanche en bas, et on peut manger ça comme on veut, je sais pas si c'est très réglementaire mais moi je mange ça en salade (on peut en mettre dans les nabe, les soupes, pour décorer les plats..)

jud à Hiroshimaet la version mini des sprouts, cette fois-ci des sprouts de broccoli

jud à Hiroshimaplus petits, mais plus chers, 100 yens ceux-là, mais parait que c'est 7 fois meilleurs pour la santé que le broccoli qui l'est déjà (attention, je vous avais averti, c'est la rubrique Rika Zaraï)

jud à Hiroshimaet enfin des Okura, que l'on appelle gombos je crois en France (apparemment c'est pas EXactement la même espèce)

jud à Hiroshimavoilà, une bonne pris en main, un duvet soyeux, une belle couleur vert bouteille, que dire de plus...

jud à HiroshimaL'intérieur est rempli de petites graines et de ''slime", de matière gluante qui fait des petits fils comme le natto, c'est bon quand c'est bien frais et croquant mais ça devient infâme dès que ça ramolie un peu, parfois l'excès de gluant peut devenir pénible en bouche (ça reste comme coincé au fond de la gorge) mais sinon, comme tout ce qui est gluant, c'est aussi très bon pour la santé.
Je commence à savoir ce qui est "healthy" vu comme on me barratine pour me faire goûter des tas d'aliments non identifiés.
Repost 0
16 décembre 2008 2 16 /12 /décembre /2008 05:12
J'ai reçu il y a quelques jours un mail (un texto) d'une amie d'amie à qui j'avais données mes coordonnées la veille.
Elle a fait une traduction automatique en français pensant me faciliter la lecture....
Le contenu du mail se trouve en commentaire (histoire qu'elle ne se sente pas vexée si elle tombe sur cet article du blog.
Ca vaut VRAIMENT le détour...

Si vous avez des interprétations à proposer, allez-y !
Repost 0
Published by jud3030 - dans Langue - kanjis...
commenter cet article
11 décembre 2008 4 11 /12 /décembre /2008 13:39
Aujourd’hui je du me rendre (une seconde fois) au pressing.

Y a 2 semaines environ, un inconnu.. ne m’a pas offert de fleurs, non, mais m’a vomie une énorme platrée de soba sur ma veste qui était tombée de la chaise sur laquelle je l’avais posée, désolée pour les détails si vous êtes en train de manger (en même ça vous apprendra, à manger au-dessus du clavier..) mais c’est pour replacer le contexte.

Donc le lendemain, je me précipitai vers le 1er pressing.
Après m’être plusieurs fois plantée avec des cliniques (oui en katakana ça se ressemble : クリーニング / クリニック) je finis par trouver mon eldorado , MAIS-VOI-LA...
La dame, une « charmante » petite naine pourvue d’une seule dent et d’yeux qui louchent vers le ciel (ça fait beaucoup pour une seule femme mais en contrepartie, elle est très gentille), me refuse le paquet en se confondant en excuses : la veste était encore humide (ben oui j’avais quand même pris soin de la rincer dans la baignoire avant), et comme c’est une veste qui ne passe pas en machine, elle avait peur qu’elle rétrecisse et que je l’accuse de l’avoir abîmée et que je la traîne par les cheveux jusqu'à l'autre bout d'Heiwa Dori.
S’en suivirent 20 minutes d’explications, de recommandations (c’est là que j’ai réalisé mes progrès en japonais) et d’une courbette à 90°, le front quasiment posé sur le comptoir. (Ils me font flipper quand ils font ça)

Après avoir scrupuleusement suivi ses conseils, et quelques jours de flemme à retourner là-bas, la veste enfin sèche je repars voir la petite bonne femme qui me reconnaît immédiatement et m’accueille chaleureusement. Comme dans 99% des commerces, il me faut remplir une carte de membre (youhouu, la classe je suis membre du Cleaning de Fukuromachi, à côté de mes cartes de Wants, Rosemary ,Yamadadenki , Hôpital et compagnie, ça va péter).
Le Japon c’est LE pays de la carte, de la carte de membre et de la carte de visite. L’autre jour, à la recherche d’un coupon de réduction, j’ai réalisée que mon portefeuille était pleins à rabord de cartes de visites qui ne me servent à rien.
Là je fais remarquer à la copine avec qui je mangeais « c’est fou ce que vous aimez les cartes de visite ici ! En France à moins d’être graphiste freelance, journaliste, ou encore commercial, plombier, haut-placé d’une entreprise, on ne possède de pas de carte de visite personnelle, et on les distribue encore moins en dehors du cadre du travail. Ca donnerait un genre « je me la pête » ou « j’ai pris mon entreprise pour ma famille alors que je n’en suis qu’un pion ».
Je disais aussi ça parce qu’une amie qui travaille dans un Barber Shop du cul du loup d’Hiroshima m’a demandé de lui en faire une.
Et ben vlan ! elle m’a trouvé l’explication en 3 secondes « oui, parce qu’on est un pays de SERVICES, donc si je vais voir tartenpion dans un grand magasin et que je n’ai pas pu avoir ce que je voulais la 1ère fois, je serai bien contente de retomber sur ce même tartenpion la prochaine fois et de pouvoir compter sur ce qu’il m’a promis. »
Ahh ouai, vu sous cet angle.

Bon revenons à la brave bonne femme du pressing, elle me tend ma carte et me demande si je peux la remplir en katakana « oui, c’est possible », elle me montre du doigt les cases « là le nom, là le numero de tel, et la l’adresse « juusho » vous comprenez ? » « Oui, je comprends »
Et là elle c'est reparti pour 3 couplets d'excuses :
- « hooo, pardon, mais oui vous comprenez trop bien le japonais ! qu’est-ce que je suis bête moi de vous demander ça, koteru-san, pardon pardon ».
- « Non, non ! relevez-vous, lâchez ce fouet madame !! lààà , on se calme ».
J’ai donc eut droit ensuite à des ribembelles de « nihongo umaaaaai ! » , je me demande si c’est pas la version plus honnête de « nihongo ga jouzu » dont je vous parlais la dernière fois, depuis que je sens que je me suis un peu améliorée, j’entends plus souvent ça, même venant d’amis qui me connaissent bien...

Enfin voilà, tout est bien qui finit bien.

... Sauf qu'on entre en période de boonenkai 忘年会, vous vous souvenez ?
Littéralement "réunion pour oublier l'année" : le jeu consiste à se réunir avec chacun des groupes auxquels on appartient (ce qui au Japon veut dire beaucoup) : collègues de bureau, copains du club d'échec, anciens camarades d'école, amicale des amateurs de caniche nain, anciens du.. enfin bref, et de se retrouver dans un bar, un izakaya, un restau, n'importe quel lieu proposant de l'alcool pour en consommer à outrance afin d'oublier ensemble l'année passée.
Vu que beaucoup pratiquent déjà ce jeu tout au long de l'année, on se demande bien l'intérêt d'en rajouter une telle couche, mais les japonais sont des gens scrupuleux, alors dès fois qu'il resterait quelques souvenirs d'y à moins de 3 semaines, hop, on fait dans le super efficace en fin d'année histoire de régler ça une bonne fois pour toute.
Les rues se peuplent donc le soir de gens ahuris, titubant, se vomissant sur les pieds, de salaryman rattrapant leurs potes par les cheveux, d'autres étalés dormant à même la rue, ça braille, ça beugle dans tous les sens. Dans les bars on voit des gens s'effronder et se faire transporter (l'année dernière 3 dans la même soirée), les ambulances croisent les taxis, c'est pas très brillant quoi. On peut aussi faire dans le soft (notre bounenkai entre filles de l'année dernière)

Tout ça pour dire qu'en cette période je tâcherai (tâche - pressing...) de garder ma veste à porter de main ou au locker.
Repost 0
11 décembre 2008 4 11 /12 /décembre /2008 06:55
Je vous avais déjà parlé dans cet article, de la grande présence de travestis à la télé japonaise. Ils m'ont l'air plutôt respectés. Je suis récemment tombée sur un reportage sur la vie d'Ikko-san, maquilleur, conseillé en beauté pour les femmes mais également mannequin. On voyait des centaines de collégiennes en furie, avec son portrait en fond d'écran sur leurs téléphones portables crier son nom à son passage, mais également des mamies lui porter des bouquets de fleurs.
L'image la plus étrange que j'ai pu voir, c'était lors d'un défilé de mode, il portait une grande veste ouverte laissant entrevoir son torse, donc un torse masculin, sans seins, sur laquelle se superposait un visage féminin (coupe et maquillage).
Une pub m'a un peu surprise aussi, pour une sauce je crois : on y voit une famille à table, mais la mère est un travesti..

Mais aujourd'hui on va s'occuper des "newhalf" ニューハーフ, les transsexuels. Ils sont beaucoup plus difficiles à repérer puisqu' évidemment ayant subit une opération, n'ont plus ni la voix ni l'apparence d'un homme. (Les transsexuels femmes devenues hommes s'appelles "onabe" オナベ)
En ce moment celui/celle (je sais pas comment on dit) qui occupe les plateaux télé, c'est Tsubaki Ayana, un mannequin (!). Comme je regarde sans trop y préter attention la télé (si quelques fois quand même) - je la laisse allumer pendant que je travaille à la maison pour faire progresser mon japonais - je n'aurais jamais deviner que cette fameuse Tsubaki Ayana était un transsexuel, on me l'a dit.
Regardez plutôt cette vidéo, c'est la fille sur la droite.
 


J'ai pas vraiment approfondi la question, mais je n'ai pas l'impression que ça choque particulièrement les gens ici. Pour ceux avec qui on en parlait l'autre soir, ça semblait en tous cas évident qu'il ne s'agit pas d'une déviance sexuelle, mais plus d'une sorte d'erreur génétique que l'on soigne en subissant l'opération (ce qui est également mon avis).
Je modère mon propos tout de même parce que dans son témoignage, Ikko-san disait avoir souffert dans sa jeunesse de moqueries et d'insultes et menaces. C'est sans doute plus accepté chez une célébrité que chez un citoyen lambda.
Tandis que les homosexuels sont souvent victimes de moqueries qui passeraient moyennement en France (plus par ignorance / manque d'intérêt que par réelle homophobie j'ai l'impression, mais bon j'ai entendu de la part de garçons de mon âge le genre de réfléxions que l'on ferait à 8 ans..)
Repost 0
Published by jud3030 - dans Télévision
commenter cet article

Présentation

  • : Jud à Hiroshima
  • Jud à Hiroshima
  • : Ma vie quotidienne à Hiroshima depuis le 28 Juin 2007
  • Contact

C'est quoi ce blog ?

Ce blog n'est pas un site informatif sur le Japon, ce n'est pas un blog sur les mangas ni la J-Pop... C'est un roman-photo. Il s'adresse avant-tout à mes amis (la communauté Hiroshimarseille) et ma famille, c'est juste ma vie quotidienne à Hiroshima et quelques réflexions et anecdotes à propos de ce que j'observe ici mais WELCOME, ne vous gênez pas pour venir jeter un coup d'oeil ou laisser un commentaire.

Rechercher

LIENS

BLOGS / SITES HIROSHIMA


(JP) CARAT HIROSHIMA WEB MAGAZINE / BLOGS
(JP) Chapeaux SANSO (by Hide)
(EN / JP) DIRTY GENTLEMAN'S CLUB (by Susu)
(EN / JP) GET HIROSHIMA (Infos / Petites annonces)
(JP) HIROMAG (Mag / Portail / Blog)
(JP) KAIKO'S (By Eiji)
(EN) LITTLE FOREIGNER
(EN) WINDCHEATER
(JP) CHERRY

 

BLOGS JAPON


(Tokyo / FR) BAKAPULU
(Tokyo / EN) Benoa in Japan
(Japon / FR) Bulles de Japon
(FR) Clarence Boddicker's nasty diary
(Tokyo / FR) De peu pour faire un monde
(FR) DRINCK COLD
(Tokyo) FLO A TOKYO
(Tokyo - Fukuoka / FR) Fujijana
(Fukuoka / FR) Fuji la canaille

(Tokyo / FR) Issekinicho (BD/Photo)
(Tokyo / FR) Japan Through Blue Eyes
(Japon / FR) Japon : 2 ou 3 choses...
(Osaka / FR) JAPONWEIRD
(Tokyo / FR-JP) Julie Blanchin (BD)
(Tokyo / FR) KED-O-KILL
(Kyoto / FR) LA RIVIERE AUX CANARDS
(Tokyo / FR) L'écureuil volant dans l'espace
(Tokyo / FR) Le Japon
(Sapporo / FR) LE JAPON DE LA LICORNE
(FR) LE JAPON DE ROBERT PATRICK
(Japon / FR) Les autres japonais
Methodes de Japonais pour gaijins
(Nagoya / FR) Nagoya en français
(Shikoku / FR) OGI JIMA
(Tokyo / FR) PETIT QUOTIDIEN NIPPON Route 254
(Nagano / FR) Sakana
(Tokyo / FR) Sucre (BD)
(Tokyo / FR) Tokyo Blog
(Tokyo / FR) TOKYO MON AMOUR
(Tokyo / FR) Tokyo Obsession
(Kyoto / FR) Un bayashi au Japon
(Tokyo / FR) YOUR HERO DIES TODAY

BLOGS ECRITS PAR DES JAPONAIS


(Hiroshima / JP) CARAT HIROSHIMA WEB MAGAZINE
(Hiroshima /EN / JP) DIRTY GENTLEMAN'S CLUB (by Susu)
(Tokyo / JP) DUMB WITH YOU (by Yoshi)
(Japon / France / FR) France et Japon vus par une japonaise
(Hiroshima /JP) HIROMAG
(Hiroshima /JP) KAIKO'S (By Eiji)
(Nantes / Hiroshima) Rié Chocolat
(Algérie / FR) Réflexions sur le Japon
(Japon / FR) Tu m'empêches de dormir !

 

BLOGS COREE

 

Entre Tobu et Soju
Les petites coréanneries de Marie
Madame Choi
Valeuf Corée

 

DIVERS

 

Blogs expatriés (Portail) PAS POUR DES PRUNES
Delikts aka Dee JB (Music)
La Dame Noir (Music)
La revanche du site
Leslie Plée (BD)
Radio Grenouille 888 Marseille
VIRGO MUSIC (Music)
www.anaisetpedro.com (blog, bijoux, resto Marseille)
Dzzing (Alcaline / Marseille)
Disco Outcasts (Manchester)

 

 


MES AUTRES SITES


Ju-co.com, mon portfolio graphisme / webdesign
Hiroshimarseille (Mon 1er voyage au Japon, 2006)
Mon portfolio sur portfolio-graphiste.com

 

expatriation

Archives