Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 février 2011 6 26 /02 /février /2011 09:16

Je vais vous faire le compte rendu d’une discussion plutôt intéressante qu’on a eut hier soir et qui risque de surprendre les gens qui ne connaissent le Japon que de loin.

 

Bon, je vais utiliser des pseudos parce que c’ était un sujet un peu « délicat » et personnel.

Présentation des personnages :

Mr Z est japonais, environ 45 ans, marié, 2 enfants, a beaucoup voyagé à l’étranger et parle très bien anglais, de ce fait ou peut-être simplement de par sa personnalité, il est ouvert pour s’exprimer sans tabou et sans pudeur sur des tas de sujets.

Mlle B est américaine, elle approche de la quarantaine, vit depuis plus de 10 ans au Japon, a un bon niveau de Japonais, sa mère est japonaise mais vit et a presque toujours vécu aux Etats-Unis, et comme Mr Z, elle est très ouverte et a beaucoup d’humour.

 

Quand on discute tous les 3, on passe sans cesse de l’Anglais au Japonais, parfois même au milieu d’une phrase.

 

Donc hier Mr Z me demande comment j’étais tombé amoureuse de mon mari, ou plutôt pour quelles raisons, je lui réponds assez succintement puis lui retourne la question.

Il explose de rire et prend une mine un peu gênée.

Avec Mlle B, on se regarde, perplexes, amusées. « Ben quoi ? qu’est-ce qui vous gêne ? vous l’avez choisie parce qu’elle avait des gros nénés ? » lui fait Mlle B.

« Non, non, mais je suis sûr que si je vous réponds, vous allez me tomber dessus »

« Mais non, allez-y ! »

« Bon, d’accord mais par pitié, ne m’attaquez pas sur mes opinions !! Promis, hein ? »

 

Il nous explique donc qu’il a choisi sa femme parce qu’il estimait qu’elle serait une bonne épouse et une bonne mère pour ses enfants, point.

Qu’il avait eut des petites copines, qu’il avait déjà été amoureux, qu’il lui arrivait encore d’être amoureux, mais que l’amour n’avait absolument pas été un critère pour choisir la femme avec qui il allait se marier et fonder une famille, et que choisir sur ce critère c'était selon lui courir à la catastrophe.

Que la famille et les sentiments amoureux, ce n’était pas compatible, que c’était 2 choses distinctes qui n’avaient pas vraiment de raison de se mélanger.

« Ca me serait jamais venu à l’esprit de me marier avec l’une de mes petites amies.  Oui, nous les Japonais, on est assez nombreux à réfléchir de cette manière, je sais que ça vous paraît bizarre à vous les occidentaux. Vous, vous avez une vision romantique du mariage. Et puis je ne supporte pas l'échec, si je m'étais marié avec une femme que j'aimais, on aurait pu finir par ne plus s'aimer et se séparer. »

 

On lui répond qu’en effet, on aurait du mal à passer notre vie avec une personne pour qui l’on n’éprouvait pas de sentiments. Il me pose à son tour une question :

« Et toi ? tu t’en fous que ton mari soit un mauvais père ou un mauvais mari ? »

« C’est pas ça, mais c’est vrai que le critère le plus important c’est d’être amoureux et de penser qu’on peut passer sa vie ensemble. Et puis c’est pas tout blanc, ou tout noir, c'est pas parce que c’est un bon « lover » qu’il ne peut pas être un bon père ou un bon mari aussi. »

« Moi, ça me semble impossible qu’une même personne puisse réunir toutes ces qualités à la fois, c’est complèment idéaliste ! Ca n’existe pas une personne comme ça ! Y a des femmes qui sont de bonnes mères, d’autres qui sont de bonnes amantes. »

« Personne n'est parfait ! On peut avoir des qualités un peu dans chacun de ces rôles.», lui a répondu Mlle B.

 

En effet, je crois que la polyvalence n’est pas un concept très japonais.

 

Je lui explique qu’en France dans les magazines, les livres, à la télé, sur internet, de nombreux sujets sont consacrés à : « comment être mère mais rester femme », « être une bonne amante, et une bonne épouse », « comment maintenir les sentiments même après des années de mariage »

« Et les gens y arrivent ???! » me demande-t-il.

« Ben je sais pas, pas toujours en tous cas.. »

« Et quand ils échouent ? »

« Ben.. les gens divorcent, se séparent, certains vont consulter des conseillers, vous pensez jamais au divorce, vous ? »

« Jamais, on a fondé une famille, on doit rester unis pour les enfants, on doit rester ensemble jusqu’à la fin. »

 

On lui demande alors si ça ne lui manque pas d’éprouver des sentiments pour une femme, d’avoir des relations sexuelles, des gestes tendres. S’il n’est pas malheureux comme ça.

« Et bien pour la famille, il y a ma femme, pour le reste il y a d’autres femmes. Je ne regrette pas mon choix, ma femme est une excellente épouse, une mère qui s'occupe bien de nos enfants. Et puis bon, l’amour c’est un peu comme une maladie, ça ne dure pas longtemps, puis on guérit, puis on peut tomber amoureux plusieurs fois dans sa vie, non ? alors on fait quoi ? à chaque fois on va se marier et divorcer puis recommencer ?»

« Vous voulez dire que vous trompez votre femme ? »

« Biensûr ! comme beaucoup de gens ! »

 

Je lui demande s’il elle le sait ou si elle l’ignore, s’il elle s’en fiche.

« Elle le sait et elle s’en fiche totalement, comme beaucoup de femmes mariées. »

« Et elle ? elle fait pareil ? »

« Mmmmh.. Je pense pas, je ne sais pas.Vous savez il y a des femmes qui aiment le sexe et d’autres qui ne s’en préoccupent pas vraiment et préfèrent élever des enfants. Et vous ? comment ça se passe si vous rencontrez quelqu’un d’autre ? Vous divorcez ?»

« Oui ! enfin si on s’aperçoit que c’est vraiment sérieux. Que cette personne est vraiment faite pour nous. Pas juste sur un petit coup de foudre passager. »

« Et si vous avez des enfants ?? »

« Oui, là c’est plus délicat, enfin si les parents passent leur temps à se disputer et que ça rend les enfants encore plus malheureux... »

« Nous on remplit chacun notre mission, moi celui de mari, elle de mère et d’épouse, donc on n’a pas de raison de divorcer, ni de se disputer, c’était clair dès le départ. C'est simple. »

 

C’est vrai d’un côté que ça se tient son truc, du moins ça fonctionne dans la société japonaise, avec la culture qui lui est propre.

 

J’ai l’impression qu’au final, le mariage, la famille ici, c'est plus un contrat dans le vrai sens du terme, une petite entreprise.

Chacun remplit sa fonction, son rôle, un point c’est tout.

D'ailleurs ça me rappelle la réponse d'une fille, récemment, à qui j'ai demandé la raison de son divorce, qui a eut lieu très peu de temps après le mariage : "Pour raison économique". J'avais aussi demandé à une copine, divorcée et vivant avec son fils lycéen, pourquoi elle ne se mariait pas avec son petit copain. Elle m'avait répondu que son fils allait bientôt rentrer à l'Université et que ça coûterait très cher, qu'elle avait les moyens mais que son petit copain n'avait pas un rond et que s'ils se mariaient, il devrait participer, en tant que père, aux frais d'Université de son fils, ce qu'elle ne voulait pas lui imposer. Bon, oui, j'ai trouvé cette histoire un peu bancale mais bon. Pourquoi, serait-il obliger de payer une fois marié ? mystère.

 

J’ai une amie ici qui me dit souvent qu’elle pense que le mariage d’amour, c’est le plus casse-gueule et que depuis que les nouvelles générations se sont mises à se marier « par amour », les divorces avaient explosé.

 

Avec cette vue d’ensemble on comprend mieux pourquoi les femmes de leur côté cherchent des maris avec de bons revenus, une bonne situation, sans s’en cacher, ce qui a tendance à nous choquer.

Pourquoi on entend souvent des filles clamer qu’elles cherchent un « mari » et non pas un « petit copain », qu’elles veulent se marier rapidement alors qu’elles sont célibataires.

Pourquoi les gens organisent des rencontres entre célibataires en vue de se marier, sans forcément passer par la case « relation amoureuse ».

Et pourquoi le Japon apparaît comme le pays où il y a le plus grand nombre de couples mariés sans relations sexuelles, en tous cas après la naissance des enfants. Ce qui ne veut pas dire que les Japonais n'ont PAS de relations sexuelles du tout, mais simplement qu'elles ont lieu en dehors du lit conjugal.

Ca explique aussi pourquoi il y a encore peu, les mariages arrangés (o-miai) étaient si nombreux. Je crois bien d’ailleurs qu’ils n’ont pas totalement disparus.

 

Enfin, malgré tout, cette vision des choses (qui tout de même je pense a tendance à s’estomper parmi les jeunes générations), ne les aide pas à régler leur problème démographique

Repost 0
22 mai 2010 6 22 /05 /mai /2010 09:41

http://s3.archive-host.com/membres/images/429357406/2010MARS-MAI/vacances.jpg

 

Ca aussi (malgré l'image trompeuse ci-dessus) vous êtes au courant, les vacances et les japonais sont 2 mots qui ne vont pas bien ensemble.

Je refais tout de même un petit topo pour ceux qui ne seraient pas bien au courant :
Pour les gens qui travaillent en entreprise, en bureau, les employés ont généralement leur week-end samedi-dimanche (c’est assez récent, si je me souviens d’après ce que j’avais lu dans mes cours à Kumon, jusqu’aux années 80, on travaillait encore le samedi, à partir des années 90, une 1/2 journée le samedi puis ce jour a fini par devenir dans la plupart des cas un jour de congé, cependant il semble encore assez courant d’avoir un samedi travaillé dans le mois, c’est le cas de ma seule amie qui travaille dans ce secteur, en tant que commerciale vendant de la formation aux entreprises)
Ces mêmes employés bénéficient également des vacances de la Golden Week en Mai, de quelques jours pour Obon en Aôut et d’environ 3 jours pour Shôgatsu début Janvier.
(Ce que je me demande, c’est comment ils gèrent les transports et l’hôtellerie durant ces periodes, sachant que chez nous on a déjà 3 zones de vacances et qu’en plus les gens qui n’ont pas d’enfants à charge choisissent librement leurs jours de congés ?)
Il  y a pas mal de jours fériés dans l’année également (j’ai même cru comprendre qu’il y en avait plus que chez nous, à vérifier).
Dans l’année les employés ont normalement droit à poser environ 10 ou 12 jours de congés (je ne sais pas si Golden Week, Obon et Shôgatsu sont déjà inclus dedans), mais ils n’osent ni les prendre d’un seul coup, ni même tous les utiliser parce que c’est assez mal vu et qu’ils pensent mettre l’entreprise ou leurs collègues dans l’embarras..

Et ça c’était pour les mieux lôtis....
Maintenant pour les gens qui travaillent dans le commerce et les services (restauration, boutiques, coiffure...), le concept de vacances (連休 renkyuu : jours de congés consécutifs) est quasi inexistant.

Mes amis coiffeurs et coiffeuses n’ont que leur lundi, parfois un jour supplémentaire 1 semaine / mois (les plus chanceux ont 2 jours consécutifs) et doivent trimer pendant Golden, Obon et parfois même Shôgatsu pour servir les employés de bureau qui sont en congé. (D’ailleurs pendant ces périodes de vacances, il arrive même qu’ils fassent des semaines de 7 jours sans repos !)
Ceux qui travaillent dans de grandes entreprises de ce type s’en sortent tout de même un peu mieux : une de mes amies travaille dans une boutique de luxe d’origine française (non, pas Vuitton, ni Chanel !) et a en général 2 jours par semaine, parfois 3, parfois consécutifs et a environ 1 fois par an 5 jours d’affilée. Elle m’a expliqué qu’en principe elle pourrait aussi demander jusqu’à 1 semaine entière et que le jour où elle désirerait un enfant, elle avait droit à 1 an de congé maternité.

Bon c’était un gros topo du coup, désolée pour ceux qui sont déjà au courant de tout ça (d’ailleurs si vous avez des corrections à apporter n’ hésitez pas), mais ce que je voulais rapporter aujourd’hui, ce sont toutes les petites réfléxions que j’ai entendu ici à propos des congés :

-    « Pff, finalement, les jours de congés ça me gonfle plus qu’autre chose, pour moi c'est synonyme de jour des corvées : faut faire le ménage, la lessive... » (Un garçon célibataire)

 

-    « Ca me fait flipper les journées de congé unique, c’est trop court pour partir, et c’est trop long les jours où on n’a personne avec qui s’amuser » (Une fille célibataire)

 

-    « Les périodes avec trop de jour de congés, c’est le pire en fait, ça me démotive, ça me donne encore plus envie d’être en congé et c’est encore plus dur de retourner travailler après. »

 

-    « _ ho lala comme je suis occupé en ce moment !
         _ Tant mieux, c’est bon signe non ?
         _ Ouai, c’est vrai puis au moins je gamberge pas, je pense pas aux autres soucis quand je bosse »

 

-    « Avant je partais tous les ans 1 semaine en France, mais depuis 3 ans, je suis seule à l’accueil donc je ne peux plus prendre de vacances. » (Une élève de français à l'époque où je donnais des cours)

 

-    « Oui en principe je pourrai prendre 1 semaine voire 10 jours mais là ça commence à faire beaucoup quand même, mais qui fera mon travail si je m’en vais ? Si à un moment je sens une période propice, j’essaierai» (Plus ou moins ce qu’ont dit 2 copines qui rêvent de venir à Marseille)

 

-    Une copine coiffeuse, à propos de la copine qui travaille dans la boutique de luxe « Elle est encore en congé aujourd’hui ? mais elle est tout le temps en congé celle-là !! Elle travaille jamais ou quoi ?? » (On a pas vraiment la même conception de « ne jamais travailler »...)


Ca vous fait pas froid dans le dos ? (J’imagine qu’au contraire ça doit faire baver d’envie les gens du MEDEF..)
En tous cas ce n’est pas près de s’améliorer vu que les employés eux-mêmes ne se plaignent pas particulièrement de ce sort..


Malgré tout ça, je connais des tas de gens qui se sont fait de longs voyages à l’ étranger, des mini tour du monde etc.. (la plupart c’ était pendant la vingtaine ou au début de la trentaine) : la technique : bosser comme un porc en accumulant des tas de petits boulots et en économisant pour partir. Evidemment pour les gens qui ont des plans de carrière dans les grandes entreprise c’est difficilement imaginable.

 

(Photos prises en 2007, 2008 et 2009 à Hamada, Tsunoshima et Okinawa)

Repost 0
8 janvier 2010 5 08 /01 /janvier /2010 03:38
Alors, n'ayant pas trouvé grand-chose sur le net à propos de ces mystérieux monticules de cailloux observés au sommet du Mont Misen à Miyajima, voir article précédent (j'ai peut-être mal orienté ma recherche), je me suis renseignée auprès d'une amie.

Ce ne sont finalement ni les sorcières, ni les singes qui en sont les auteurs, mais ce n'est guère plus réjouissant.

Il s'agirait en fait d'endroits où on été déposées les cendres d'un mort à qui on n'a pu payer de pierre tombale.. (je dis "s'agirait" parce que mon amie n'est pas montée au Mont Misen depuis son enfance et m'a expliqué de quoi il s'agissait habituellement).

Et y en a un paquet, de ces petits tas de pierre là-haut !

Je viens de trouver un article ayant peut-être un rapport :
Citation :
"Selon une légende attribuée à la secte Jodo vers les XIVe ou le XVe siècle, les enfants morts prématurément sont envoyés en enfer pour les punir d'avoir causé de la peine à leurs parents. Ils sont envoyés précisément à Sai no Kawara, « la rivière des âmes du purgatoire », où ils prient Bouddha, pour obtenir sa compassion, en empilant des tas de pierres. Mais les démons de l'enfer, obéissant à l'ordre du vieux Shokuza no Baba, arrivent bientôt et éparpillent les pierres, tout en les battant avec des barres de fer. Mais ils n'ont pas à s'en faire, car Jizo vient à leur secours.

Dans une version de l'histoire, Jizo cache les enfants dans les manches de sa robe. L'histoire traditionnelle a été adaptée aux besoins modernes, et aujourd'hui, les enfants qui meurent prématurément sont appelés Mizuko, ou « enfants de l'eau », et les parents éprouvés prient le Jizo des Mizuko. Cette forme est unique au Japon, et n'apparaît pas avant la fin de la deuxième Guerre Mondiale.

Même de nos jours, vous trouverez invariablement des petits tas de pierres et de graviers autour des statues de Jizo, car on croit que l'offrande d'une pierre raccourcira le temps de souffrance de leur enfant en enfer."

http://www.a-nous-dieu-toccoli.com/publication/2005/shintai/shintai_chap8.html

 

Seulement, les tas de pierres que j'ai vus étaient parfois totalement isolés, sans proximité de statue de Jizo...

 

Autre article correspondant plus à ce que m'a dit mon amie :

Citation :

"Lorsque la famille avait les moyens, elle érigeait sur la tombe un petit monument commémoratif, soit un simple tas de pierres, soit un Gorintô, pagodon symbolisant les cinq éléments (terre, eau, feu, air et ciel) et l’esprit, et enfin déposaient des aliments destinés aux Gaki (esprits affamés) pour les retenir au cimetière et les empêcher de revenir troubler les vivants dans leur maison."

http://www.trek-japon.com/2007/04/16/60-les-japonais-et-la-mort

Repost 0
4 janvier 2010 1 04 /01 /janvier /2010 18:49
Bonne année, Akemashite omedetô gozaimasu, kotoshi mo yoroshiku onegaishimasu !

Cette année, c'est l'année du Tigre, et Daiji est né en 1974, l'année du Tigre.
On a passé, comme il se doit, les 3 premiers jours de Janvier, en pension complète chez les parents de Daiji.

jud à HiroshimaOn s'est réveillé (tôt) à 11h (couchés vers 7h) avec un paysage légèrement enneigé, il a neigé le 31 et le 1er.

Le plus long repas de ma vie : de 11h du matin à minuit passée à table !!! Soit 13h d'affilée à boire et manger... enfin moi j'ai abandonné la bataille en cours de route pour dormir sur le sofa, c'est qyand ils ont sorti le jeu de home-karaoké..

jud à HiroshimaLes crevettes-éventail (うちわエビ uchiwa-ebi)

jud à Hiroshimales petites nièces : Shion et Neiro

jud à HiroshimaTake, le grand frère de Daiji et son père

jud à HiroshimaWaka-chan, la femme de Take, et Shion qui mange sa soupe au mochi (pâte de riz qui font dans la soupe Zôni), plat typique de Shôgatsu. Je me suis vraiment régalée avec cette année, moi qui trouvait ça insipide avant, c'est peut-être celle de la belle-mère qui est meilleure ?

jud à HiroshimaMorgane, qui est venu passer la journée du 1er avec nous.

jud à HiroshimaLes enfants reçoivent de l'argent et parfois des cadeaux, un p'tit air de Noël quoi. Comme tout le Japon est en vacances, tout le monde peut rentrer en famille pour cette occasion.

jud à HiroshimaShiho et sa mère, qui quand elles rigolent se ressemblent vraiment comme 2 gouttes d'eau.

jud à HiroshimaKana, la grande soeur de Daiji, qui a encore roulé sous la table (au sens propre et figuré) toute la journée...

jud à Hiroshima jud à HiroshimaC'était encore assez tôt dans la journée, mais du monde a encore débarqué après, une bonne dizaine de potes en plus des 8 membres de la famille sont venu le passer chez Daiji. Pon et Shiho sont venues en pyjama.. ça m'étonnera toujours cette habitude, nous qui nous mettons sur notre 31 pour ce genre d'occas' en France...

jud à HiroshimaBobby. La télé évidemment allumée en continu, avec des émissions encore plus débiles et plus longues que d'habitude.

jud à Hiroshima jud à Hiroshima jud à HiroshimaLa mère de Daiji version 2010

jud à Hiroshima jud à Hiroshima
La journée s'est bien déroulée à part 2 petits incidents (auxquels je n'ai pas assisté parce que je dormais déjà) : une copine qui a du aller torcher son copain aux chiottes, parce qu'il s'était écroulé bourré en... heu ben je vous laisse imaginer. Un copain qui a mis un pain dans la gueule à Daiji qui lui interdisait de prendre sa voiture bourré pour rentrer. Mais bon ça en vallait bien la peine...
Tout ça n'a pas perturbé la bonne humeur des parents à recevoir tant de monde à la maison. La mère de Daiji a du restée éveillée jusqu'à 4h du mat avec 2 copines qui voulaient continuer à boire, malgré une journée éreintante pour elle..

Le lendemain, le 2,  un repas chez le grand-père et la tante de Daiji. Le grand-père va sur ses 95 ans et malgré des problèmes de vue, est frais comme un gardon. On lui a dit récemment à l'hopital qu'il avait des poumons de bébé, alors qu'il a fumé la pipe jusqu'à 70 ans.. il marche super à l'aise, n'est pas courbé, très peu ridé (un visage très agréable), de belles dents, pas de tremblements ni de problèmes d'oreille. Il n'a pas une voix abîmée de vieillard. Il peut encore tout faire lui même, y compris ses repas, ou de la calligraphie (il est maître de calligraphie), il a toute sa tête, et a bu de la bière et du saké à table avec nous !!
En plus des plats traditionnels (3 jolies boîtes à bento empilée), nous avons aussi mangé des Fortune Cookies chinois, les gâteaux secs qu'on casse avec un message à l'intérieur.

Ensuite direction le Sanctuaire Gokoku. J'ai été impressionnée par cette foule (40min de queue au moment où nous y sommes allés). Alors que la messe de minuit n'est plus suivie par grand monde en France, la visite au temple reste très encrée au Japon.
En même temps c'est moins contraignant : 3 jours pour y aller n'importe quand, pas de longue messe, il faut seulement jeter une pièce, se courber 2 fois, frapper 2 fois dans les mains et refaire une courbette, et hop, c'est pesé emballé.
Leur pragmatisme, ou pingrerie, c'est selon m'a fait rire "Tu crois que 50 yens ça suffit ?... Ho pis c'est bon 60 ça ira très bien... 500yens?!! mais t'es fou, c'est du gâchis!!.."
En faisant la queue on peut se goinfrer de frittes, hot dog et autres cochonneries vendues sur place, tout en se rafraîchissant avec une bonne binouse.

Avouez que c'est moins rebutant qu'aller voir le curé avec tata.

jud à Hiroshima jud à Hiroshima jud à Hiroshima
Les parents de Daiji ont ramené au temple leur babiole à l'éffigie de la vache (2009 c'était l'année de la vache), pour en racheter une ornée d'un tigre 寅. Excusez mon ignorannce, ce que j'appelle "babiole", c'est une sorte de flêche avec des grelots et une plaque en bois sur laquelle est dessiné l'animal de l'année... et qu'on dépose dans la pièce japonaise de la maison, avec tous les accessoires à caractère sacré et traditionnel, l'autel etc... (Chez eux, c'est une pièce entière mais habituellement, c'est un Tokonoma, une renfoncement dans un mur)
Ils ont bu un truc servi par les moines. Puis tiré un papier dans une urne, prédisant la chance de l'année.

jud à Hiroshima
Les cartes de voeux, une grosse insitution au Japon. Le père de Daiji en a envoyé.... 1600 cette année !!! (c'est un homme mondain, cela explique peut-être ce chiffre... mais bon pour la plupart des gens c'est quand même environ la centaine)
Bon même si le message est déjà imprimé, il faut quand même écrire toutes les adresses à la main... Pour faire leurs cartes, ils avaient acheté un CD-Rom, sur lequel on choisi le design de sa carte (la plupart du temps des tigres, style épuré, traditionnel, manga, enfantin...) puis on a plusieurs options, et on les imprime sur des cartes spéciales achetées à la Poste. Sur chacune figure un numéro, qui sera tiré au sort lors d'une lotterie.

jud à Hiroshima
Voilà celles que nous avons faites avec Daiji : son père a fait la calligraphie et a mis son seau, et Daiji a fabriqué un sceau en patate douce avec "Daiji Judith" écrit dedans.

Voilà, on va essayer de reprendre l'année tranquillement et le travail, même s'il reste encore quelques Shinenkaï à faire (fête de nouvelle année).....
Repost 0
9 novembre 2009 1 09 /11 /novembre /2009 16:52
jud à Hiroshimajud à Hiroshimajud à Hiroshima
Quand les japonais font un truc, ils ne le font pas à moitié, ils disent même d'eux qu'ils sont "minutieux, méticuleux".
Voilà ce que nous a fait Tsun avec ses petites mimines, histoire que l'on n'arrive pas les mains vides, une pomme d'anniversaire pour Ya-chan : HAPPY YA-CHAN
Repost 0
15 octobre 2009 4 15 /10 /octobre /2009 08:17
jud à Hiroshima jud à Hiroshima
Voici l'impressionnante forêt de bambous qui fait face au cimetière perché dans la montagne, où se trouvent les tombes familiales.

Début-mi Septembre étant la période de recueillement pour les morts, nous nous y sommes rendus avec Daiji et ses parents.
On a dépouisséré, arrosé les pierres, remis des fleurs et de l'encens.
Je pensais venir juste en accompagnatrice, en spectatrice, mais on m'a tendu mon bracelet de perle, que j'ai dû passé autour de mes 2 mains jointe en baissant la tête. Je savais pas bien ce que j'étais censé dire aux Dieux, comprennent-ils le français? ..
Puis on est allé inspecté les plaques sur les lesquelles étaient incrits les noms des encêtres.

Puis, surprise, je vois écrit en rouge, sur l'une des tombes le prénom du père de Daiji !
Percevant mon étonnement, il vient m'expliquer mort de rire : "Héhé, t'as vu? mon nom y est déjà ! c'est moi le prochain ! mais le mien est écrit en rouge, parce que je suis encore vivant, ensuite ils le repasseront en noir, comme pour les autres ! hihihi"
J'ai vraiment été étonnée par ce ton espiègle et ce détachement.

Ca me rappelle une autre "blague" :
L'hiver dernier, lors d'une sortie resto-bar-resto-bar-allez encore un dernier verre-bar avec la famille, nous avons terminé dans un karaoké-bar à l'ancienne, avec gros répertoire d'Enka que les parents apprécient tant.
Le patron du bar, un vieil ami du père, avait eut la bonne idée d'enregistrer la session, puis de nous la faire écouter ensuite (quelle horreur, ça donne envie d'aller s'enterrer sous la table, de changer de ville, changer de nom, se faire oublier à jamais, bref..), puis nous apportant le CD, et s'adressant à nous et aux beaux-frères et belles-soeur :

"Ca pourrait être sympa de le passer à leur enterrement à ces 2 là, quand on ils seront morts !!"

J'ai pas vraiment compris si c'était de l'humour noir ou s'il avait juste dit ça comme ça, mais j'ai été la seule à tirer une drôle de tête sur cette joyeuse proposition...
Repost 0
15 octobre 2009 4 15 /10 /octobre /2009 06:54
Le petit quart-d'heure informatif de la semaine, ça ne fait pas de mal de temps en temps.
J'ai remarqué qu'ici les anniversaires d'ouverture de Bar, Resto, Boutique, ne se prenaient pas à la lègère. Chaque année, pour fêter l'anniversaire de leur ouverture, ce genre d'établissement organisent un petit évènement, une petite fête. J'ignore si ça se fait aussi en France puisque j'ai peu p d'amis dans ce genre de profession.

Pour l'occasion, les établissements amis apportent des cadeaux (la plupart du temps de grosses bouteilles d'alcool comme on peut le voir sur les photos ci-dessous) et quelques bouquets. Toujours empaquetés de ce même papier blanc décoré d'un noeud rouge et noir imprimé.

jud à HiroshimaSur lequel figure le nom de l'entreprise qui offre (pendant qu'on y est autant se faire un peu de pub), ici AUX ダイニング (AUX DINING) et ce qui me semble être 周年御祝 (Shuunen Oiwai) : Félicitations pour l'anniversaire

jud à Hiroshima jud à Hiroshima
Repost 0
22 août 2009 6 22 /08 /août /2009 08:18
jud à HiroshimaLes cartons d'invitations, que nous avons fait Daiji et moi, avec nos petites mains.

jud à HiroshimaVoilà le programme qui avait été concocté par Harumi, une amie qui se chargeait d'organiser notre soirée de mariage. On ne s'attendait absolument pas à ce que ce soit si protocolaire, et alors qu'on s'entraînait chacun à répéter nos discours écrits à la dernière minute, la boule au ventre et suant le stress comme des porcs, les organisateurs passaient nous voir toutes les 5 minutes en nous disant "ha et n'oubliez pas que vous devez faire ci et ça, et puis ça, ha puis avant de faire ça vous faites ça....". J'avais surtout peur de mal avoir compris quelque chose, les indications étant évidemment données en japonais...

jud à HiroshimaAvant notre arrivée

jud à Hiroshima jud à Hiroshima jud à HiroshimaDiscours de Daiji

jud à HiroshimaMon discours en japonais puis en français avec les jambes tremblantes comme une vieille en dernière phase d'alzheimer

jud à HiroshimaNos bagues, tremblant autant des mains que des jambes, j'ai eut un mal fou à mettre celle de Daiji à son doigt, encouragée en plus par les fous rire des gens nous criant qu'on était raides comme des piquets "固い!!"

jud à Hiroshima jud à HiroshimaMa coiffure a été pensée et  réalisée par Tama, une amie coiffeuse.

jud à Hiroshimakampai ! là pareil, avec mon alzheimer aigü, j'ai renversé la moitié de la coupe par terre

jud à HiroshimaEiji-san

jud à Hiroshimale  ケーキ・カット (cake cut), une tradition venue de je-ne-sais-où (j'opterais pour les USA puisque le terme est anglais ?), mais que j'ai pu observé dans tous les mariages auxquels j'ai été invitée au Japon :
Un gâteau (qu'au final personne ne mange) est disposé sur une table, on remet un couteau dont le manche est décoré d'un ruban rouge aux mariés, qui doivent le tenir à 2 pour couper le gâteau. Mais attention il faut garder la pose très longtemps (pas facile dans un gâteau tout mou avec le poids des 2 mains), le temps que tous les invités aient pu prendre une photo.

jud à Hiroshima jud à Hiroshima jud à Hiroshimale ファーストバイト (first bite) : après le "cake cut", on remet une petite assiette et une cuillère aux 2 mariés. Le mari prend une part de gâteau et la fourre dans la bouche de la mariée, puis la mariée fait la même chose fait la même chose avec son mari. J'avais visé un peu gros..
(Derrière nous, Harumi, la MC du mariage.)

jud à HiroshimaDiscours de la maman de Naoki.
Au tout début de ma relation avec Daiji, j'avais fait sa connaissance. La première chose qu'elle me dit fut "Mon dieu!!!! Daiji??? mais tu sais qu'il est totalement opposé au mariage????!!" Ce à quoi j'avais répondu "Ca tombe bien, ça ne m'interesse pas particulièrement non plus". Elle m'avait alors demandé ceci "Si jamais vous finissiez par vous mariez, vraiment, invitez-moi et je porterai mon plus beau kimono"...

jud à HiroshimaNaoki

jud à HiroshimaLa photo de famille, lors du フォトサービス (photo-service). Le (...)-service peut apparemment se décliner de différentes manières : candle-service par exemple : les mariés vont allumer des bougies sur les tables de chaque invité pour en profiter pour les remercier et recevoir les félicitations. Mais comme en dehors de la famille, nos invités mangeaient debout au buffet, on nous a proposé de faire le photo-service : faire le tour des invités pour se faire prendre en photo avec eux.
Tout à droite de la photo, un ami de mon beau-père, le directeur général des Impôts d'Hiroshima, qui nous a laissé une grosse enveloppe d'argent que Daiji a brandi devant ses copains en disant "Regardez où ils partent vos impôts !"

jud à Hiroshima jud à Hiroshima jud à Hiroshima jud à HiroshimaAvec la chemise rose et la cravate à pois, Susu, notre témoin et l'organisateur de la partie musique et logistique du mariage.
3 crews de DJ's se sont succédés : FILTER KING (Reggae), DISCO UNION (House discoïde) et SLEEPYEYE, ainsi que 2 groupes de musique live

jud à HiroshimaContre ma joue, Achico, qui est venu me demandé très naïvement : "Comment ça se dit "omedetou" déjà en français? "fais-moi l'amour" ?..." (omedetou = félicitations)..
En bas en violet, Junn, une de nos 2 témoins.

jud à HiroshimaLe discours de Miiko (je vous épargne toutes les photos mais on en a bouffé du discours ! Cela nous obligeait tous les 2 à rester debout à écouter, ce qui fait que l'on n'a pu manger et boire un peu que vers la fin de la soirée)

jud à HiroshimaJun-kun

jud à HiroshimaL'un des 2 groupes de musique.

Entre autres divertissements il y a eut aussi la partie de Suberanai Hanashi : quelques participants choisis parmi les plus comiques, s'asseoient autour d'une table avec des micros, on lance les dés et quand le nom d'un participant sort celui-ci doit raconter une anecdote réellement vécue et faire rire les gens. Ce soir, les participants ont tous raconté des anecdotes dans lesquelle Daiji ou moi apparaissions. Sauf un, Ricky, le boxeur punchdrunker toujours à côté de la plaque, qui a raconté une histoire sexuelle le concernant lui et sa femme, Harumi, la présentatrice du mariage. J'ai croisé Harumi juste après, courant en criant "Je vais le tuer ! Je vais le tuer!"

Puis le spectacle-strip-tease innatendu de Iyo : Les lumières se sont tamisées, une version années 30 de La Marseillaise a retenti, puis sur "Thriller" de Michael Jackson est apparu un petit gros vêtu d'un T-shirt, d'une longue serviette autour de la taille et d'un masque de catcheur mexicain. Il a commencé a effectuer une danse très particulière, puis a fait tombé tout ses vêtements, se retrouvant intégralement à poil et s'est mis à courir dans tout le restaurant, avec l'inscription suivante sur son torse "Iyo The Magic, Bon Mariage"

J'ai du aussi lancé mon bouquet aux célibataires, évidemment celle qui l'a reçu n'a aucune envie de se marier (déjà fait étant un peu plus jeune, elle se sent très bien en union libre avec son copain)

Puis le couloir humain (je sais pas comment on appelle ça??) : les invités se sont regroupés en 2 rangées autour du tapis rouge en joignant leur mains en l'air de façon à former un tunnel. Nous l'avons parcouru, et sommes arrivés face aux beaux-parents. J'ai du mettre des fleurs à la boutonnière de mon beau-père, et Daiji un gros bouquet à sa mère, avant que ceux-ci ne prononcent leur discours (encore !..)

jud à HiroshimaGoshi a.k.a 504, un catcheur professionnel

Enfin, nous avons fait notre départ en beauté jusqu'à l'ascenseur sur "Do you think I'm sexy" de Rod Steward, pour indiquer aux invités qu'il était temps de déguerpir.

Question : Pensez-vous que ce mariage nous a coûté cher?
Réponse : Que dalle !

Ici les invités paient une entrée, et nous avons pu couvrir les frais (buffet et boisson à volonté, staff, son, gâteau, bouquets etc..) avec une entrée de 5000¥par personne.



2ème partie de soirée à KOBA, avec les marseillais : Yann, Phred et Majid aux platines jusqu'au petit matin

jud à HiroshimaJun et Kana, ma belle-soeur

jud à Hiroshima jud à Hiroshima jud à HiroshimaMichelle, l'australienne

jud à HiroshimaJo, l'amércain
Repost 0
25 juin 2009 4 25 /06 /juin /2009 11:37
Me revoilà ! (comme une fleur), désolée pour cette longe absence, mais d'une part j'étais pas mal occupée, et d'autre part, je réfléchissais (enfin je réfléchissais, je dis ça pour gagner du temps), je feignais donc de réfléchir à une nouvelle version de ce blog.

Je m'explique, la manière que j'avais de mener ce blog jusqu'à présent, on va dire sous un angle "chronologique" et très assidu (jusqu'à il y a quelques temps du moins) a commencé à me lasser, et peut-être à lasser le lecteur par ailleurs.

Je ne sais pas encore réellement comment je vais m'y prendre mais ce sera peut-être plus thématique désormais, et en fonction des sujets qui me viennent en tête plutôt de ce qui se trouve devant mon appareil photos tous les jours.



Que remarquez-vous sur cette photo ?

jud à Hiroshima
- Il n'y a que des japonais à part moi.

...C'est pas faux mais c'est pas ça.

Non, il n'y a que des filles (ou presque, 8 filles et un seul garçon).

Une "soirée-fille", comme nous appelerions ça en France pour marquer le côté inhabituel de la chose ("ouai! allez, on se fait une "soirée-fille" où on pourra se raconter pleins d'histoires de maquillage et d'épilation !! chiche!"), n’a absolument rien d’exceptionnel au Japon, il ne me semble pas, d’ailleurs que cela porte un nom particulier, c’est une soirée, une sortie quoi.

Bien que la plupart de mes amis se « mélangent » (je ne m'en sors pas trop mal), j’ai tout de même pu assister à un nombre assez conséquent de soirées, repas, sorties au bar, seulement entre filles.
D’ailleurs pendant les longs hivers japonais, où nous avons l’habitude de nous réunir les uns chez les autres pour déguster un nabé (vous en avez bouffé un paquet de photos sur le sujet, donc inutile de vous réexpliquer ce qu’est un nabé), seule Mami et moi avons la judicieuse idée d’inviter quelques garçons pour changer un peu.

Non pas que ces soirées soient si ennuyeuses que ça, mais ça peu vite virer à un groupe de filles dont la moitié sont en pyjama, suppin (sans maquillage), étalées à moitié dormant sur le tapis chauffant, pendant qu'une autre va prendre son bain, avec la télé en fond sonore.
Pour compléter ce joli tableau je vous apprendrai aussi que les éclairages de maison sont souvent constitués de simples néons blafards au plafond, et que la nuit tombe à 17h grand maximum en hiver...
Nooon! reposez moi cette corde, ne vous jetez pas par la fenêtre, revenez !!!
(Autre innovation chez moi : pas de télé, seulement de la musique, et un tas de petites lampes aux éclairages doux pour éviter le glauquissime néon).
Ca me fait penser d'ailleurs que je connais peu de personnes au Japon qui s'occupent de décorer leur interieur comme chez nous, même si la plupart d'entre nous en France se contentons de passer par la case IKEA, mais en général il me semble qu'on essaie un peu plus de faire l'effort de donner un style à son chez soi, mais je m'égare...

Le fait de ne se réunir qu’entre filles ne signifie pas non plus que nous soyons toutes célibataires, seulement au Japon, il est rare que les couples partagent leurs sorties et leurs amis. Je ne sais pas pourquoi, mais c’est sûr que ça ne fait rien pour arranger la chute démographique, ni pour aider justement les « pauvres » desperate-celibataires.

Mais qu’à cela ne tienne ! Pour ces célibataires en quête d’âme soeur / d’épouse / d’époux, existe un type de soirée qui quant à elle porte un nom : la « kompa » (j’en ai déjà parlé ici, mais pour faire court, une rencontre organisée dans un restaurant entre un nombre égal de filles et de garçons célibataires).

Après pour être honnête, autour de moi, je connais très peu de gens fréquentant ce genre de soirées (les rares sont toutes des filles) et les copines qui ne sortent quasi-exclusivement qu'entre filles ne représentent qu’une petite proportion de mes amis).

Mais revenons à nos moutons et à notre soirée. Justement ce soir-là, il s’agissait d’une sortie avec ces copines qui aiment ..rester entre copines.
Depuis maintenant 2 ans, je vois certaines d’entre elles assez fréquemment (bien que ce ne soient pas mes amis les plus proches) mais on va dire grosso-modo, 2 fois par mois.
Parmi elles, aucune célibataire, l’une allait se marier 3 jours après, et une autre nous annonçait également son mariage dans l’année.
Et bien, je n’ai jamais eut l’occasion de rencontrer le copain ou futur mari d’aucunes d’entre elles !
(Junn biensûr qui n’aime qu’à petite dose ces soirées-filles et dont le mari est un ami, ne rentre pas en compte dans l’histoire)
Vous vous imaginez en France, fréquenter quelqu’un pendant 2 ans et ne jamais rencontrer son(sa) petit(e) ami(e) ?? C’est limite plutôt l’inverse qui paraît suspicieux « Tiens, t’es pas avec Machin aujourd’hui ? «  « Ha ? Elle est où Bidule ? Elle est malade ? Ca va bien entre vous ces derniers temps ?..»

jud à Hiroshima
Bon et nous n’avons toujours pas parlé de l’homme à la pipe, que fait cet « intru » sur la photo ?

Et bien, Kaori (ci-dessus), était venu nous présenter son nouveau mari et nous fêtions leur Nyuuseki 入籍(enregistrement du mariage à la Mairie – j’ai déjà un peu abordé le sujet ici, mais au Japon, le jour de mariage en mairie ne correspond pas forcément, voire même peut-être jamais, au jour de la cérémonie ou de la fête de mariage).

C’est-à-dire que pour résumer, elle faisait d’une pierre deux coup, elle nous présentait pour la première fois son petit copain (qu’elle fréquente depuis un peu plus de 6 mois) et la personne avait qui elle venait de se marier.
Bon dans le lot, y a quand même 2 copines qui avaient déjà eut l’occasion de le rencontrer au moins une fois avant mais ça ne fait pas beaucoup.
Et je doute que l’occasion de le rencontrer à nouveau ne se présente beaucoup...

jud à Hiroshima
Celle qui va se marier dans 3 jours, et qui me fait penser - plus dans l'attitude que physiquement - à Tania Bruno-Rosso, pour ceux qui connaissent (en fait physiquement aussi, mais lorsqu'on la voit en mouvement, sur la photo ça ne se voit pas du tout)

jud à Hiroshima jud à Hiroshima
Repost 0
10 février 2009 2 10 /02 /février /2009 04:37
Pas bien le temps d'écrire, donc un petit bonus, 2 vidéos qui m'ont bien fait rire, et ont également fait rire les potes japonais.
Je pense que c'est réalisé par des japonais, très bien fait (l'habillage graphique est terrible !)

Les sushis


Les baguettes


Y en a toute une série, mais ces 2 là sont celles qui m'ont le plus plu.

PS : au cas où (on sait jamais), c'est à 90% des conneries, n'allez surtout pas suivre ces régles, ni rentrer dans une sushya en demandant "mada yatteru, taishou?"

Repost 0

Présentation

  • : Jud à Hiroshima
  • Jud à Hiroshima
  • : Ma vie quotidienne à Hiroshima depuis le 28 Juin 2007
  • Contact

C'est quoi ce blog ?

Ce blog n'est pas un site informatif sur le Japon, ce n'est pas un blog sur les mangas ni la J-Pop... C'est un roman-photo. Il s'adresse avant-tout à mes amis (la communauté Hiroshimarseille) et ma famille, c'est juste ma vie quotidienne à Hiroshima et quelques réflexions et anecdotes à propos de ce que j'observe ici mais WELCOME, ne vous gênez pas pour venir jeter un coup d'oeil ou laisser un commentaire.

Rechercher

LIENS

BLOGS / SITES HIROSHIMA


(JP) CARAT HIROSHIMA WEB MAGAZINE / BLOGS
(JP) Chapeaux SANSO (by Hide)
(EN / JP) DIRTY GENTLEMAN'S CLUB (by Susu)
(EN / JP) GET HIROSHIMA (Infos / Petites annonces)
(JP) HIROMAG (Mag / Portail / Blog)
(JP) KAIKO'S (By Eiji)
(EN) LITTLE FOREIGNER
(EN) WINDCHEATER
(JP) CHERRY

 

BLOGS JAPON


(Tokyo / FR) BAKAPULU
(Tokyo / EN) Benoa in Japan
(Japon / FR) Bulles de Japon
(FR) Clarence Boddicker's nasty diary
(Tokyo / FR) De peu pour faire un monde
(FR) DRINCK COLD
(Tokyo) FLO A TOKYO
(Tokyo - Fukuoka / FR) Fujijana
(Fukuoka / FR) Fuji la canaille

(Tokyo / FR) Issekinicho (BD/Photo)
(Tokyo / FR) Japan Through Blue Eyes
(Japon / FR) Japon : 2 ou 3 choses...
(Osaka / FR) JAPONWEIRD
(Tokyo / FR-JP) Julie Blanchin (BD)
(Tokyo / FR) KED-O-KILL
(Kyoto / FR) LA RIVIERE AUX CANARDS
(Tokyo / FR) L'écureuil volant dans l'espace
(Tokyo / FR) Le Japon
(Sapporo / FR) LE JAPON DE LA LICORNE
(FR) LE JAPON DE ROBERT PATRICK
(Japon / FR) Les autres japonais
Methodes de Japonais pour gaijins
(Nagoya / FR) Nagoya en français
(Shikoku / FR) OGI JIMA
(Tokyo / FR) PETIT QUOTIDIEN NIPPON Route 254
(Nagano / FR) Sakana
(Tokyo / FR) Sucre (BD)
(Tokyo / FR) Tokyo Blog
(Tokyo / FR) TOKYO MON AMOUR
(Tokyo / FR) Tokyo Obsession
(Kyoto / FR) Un bayashi au Japon
(Tokyo / FR) YOUR HERO DIES TODAY

BLOGS ECRITS PAR DES JAPONAIS


(Hiroshima / JP) CARAT HIROSHIMA WEB MAGAZINE
(Hiroshima /EN / JP) DIRTY GENTLEMAN'S CLUB (by Susu)
(Tokyo / JP) DUMB WITH YOU (by Yoshi)
(Japon / France / FR) France et Japon vus par une japonaise
(Hiroshima /JP) HIROMAG
(Hiroshima /JP) KAIKO'S (By Eiji)
(Nantes / Hiroshima) Rié Chocolat
(Algérie / FR) Réflexions sur le Japon
(Japon / FR) Tu m'empêches de dormir !

 

BLOGS COREE

 

Entre Tobu et Soju
Les petites coréanneries de Marie
Madame Choi
Valeuf Corée

 

DIVERS

 

Blogs expatriés (Portail) PAS POUR DES PRUNES
Delikts aka Dee JB (Music)
La Dame Noir (Music)
La revanche du site
Leslie Plée (BD)
Radio Grenouille 888 Marseille
VIRGO MUSIC (Music)
www.anaisetpedro.com (blog, bijoux, resto Marseille)
Dzzing (Alcaline / Marseille)
Disco Outcasts (Manchester)

 

 


MES AUTRES SITES


Ju-co.com, mon portfolio graphisme / webdesign
Hiroshimarseille (Mon 1er voyage au Japon, 2006)
Mon portfolio sur portfolio-graphiste.com

 

expatriation

Archives