Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 juin 2011 1 20 /06 /juin /2011 16:11
Hier soir à Koba, on fêtait le départ de Coco, qui part enseigner le yoga sur l'île de Palau pour minimum 6 mois.

jud à Hiroshima
Julien, qui s'est fait trimbalé la veille par Naoki qui promettait à toutes les filles qu'ils croisaient, de leur montrer.. la Tour Eiffel de Julien... (roulements de tambour, cymbales....)

jud à Hiroshima
jud à Hiroshima
jud à Hiroshima
jud à Hiroshima
Rasheem et Coco, qui en réalité est coréenne. Rasheem est americano-coréen

jud à Hiroshima

Bon, on va garder l'anonymat de la narratrice, mais l'une des filles présentes ce soir-là nous a raconter une histoire tellement drôle que je ne peux pas m'empêcher de vous la raconter :

C'est une suite de quiproquos à base de différences culturelles et de mal-entendus entre une japonaise et une française qui communiquaient tant bien que mal en anglais en Thailande...
Elle nous l'a tellement bien raconté en plus...

On va renommer la française "Julie" et la japonaise "Kiko" pour l'histoire.
Kiko était partie vivre quelques temps en Thailande où elle fréquentait d'autres étrangers, dont  cette fameuse Julie, qui lui faisait des grosses bises bien baveuses tous les jours. Kiko ne s'en étonnait pas plus que ça voyant tous les autres français s'embrasser joyeusement entre eux aussi...
Un soir, il était déjà tard et Julie qui habitait loin du centre ville, avait demandé à Kiko si elle pouvait passer la nuit chez elle. Pas de souci, Kiko avait 2 lits en plus.
Arrivée à la maison, Kiko va prendre sa douche, et propose à Julie d'en prendre une aussi si elle veut.
Kiko part la première, suivie de près par Julie. Comme au Japon, on a l'habitude d'aller au Onsen entre amis / amies ou même de prendre son bain entre copines, Kiko ne se préoccupe pas plus que ça de l'intrusion de Julie dans la salle de bain. Elle l'invite même à la rejoindre sous la douche.
Kiko se lave les cheveux et propose à Julie de se laver le corps en attendant. Les 2 s'exprimant difficilement en anglais, Julie semble comprendre "T'as qu'à me laver le corps pendant que je me lave les cheveux".
Kiko ne s'étonne toujours pas trop, entre japonaises, on se a l'habitude de se laver le dos les unes les autres... puis là, alors que Kiko n'avait toujours rien vu venir.... ça dérape.. Kiko : "nooooon ! je ne suis pas lesbienne !!!"
Gros malaise des 2 côtés, Julie, très gênée, reprend ses affaires et rentre  chez elle, à l'autre bout de la ville, ne comprenant pas du tout ce qui avait cloché..
Ce qui était rigolo, c'est qu'au fur et à mesure qu'elle nous racontait l'histoire, elle nous demandait confirmation à Julien et moi :
"ça normalement,  si je comprends bien, ça se fait pas en France, hein ?"... 
"biiiin, non, pas trop..."
et les autres japonaises autour "ha booooon??? holala, c'est compliqué la France !!!"
... et nous "par contre à la plage, on peut se mettre les seins à l'air"
Les japonaises : "Héééééééééééééééé ?!!! O_o??"
Repost 0
2 février 2011 3 02 /02 /février /2011 15:48

Alors désolé les gars, mais là je ferme les rideaux, tout le monde dehors, c'est un sujet réservé aux filles.... c'est bon tout le monde est sorti ?


Donc je vais vous parler du gynéco.

Je ne crois pas en avoir déjà parlé ici, pourtant c'est un sujet qui mérite totalement son article, vous allez voir.

Alors autant je ne suis pas du genre à penser que le Japon, c'est la technologie de l'an 3000 Vs. la France, le Moyen-Age comme semblent le rêver un paquet de gens qui n'ont jamais mis les pieds ici. Oui y a des savants fous qui fabriquent des robots et des cyborgs dans d'obscurs labos, oui, on trouve des gadgets électroniques certainement aussi incroyabes qu'inutiles dans le quartier d'Akihabara à Tokyo, mais après au quotidien, non les gens ne se déplacent pas en soucoupe volante, les machines à laver lavent à l'eau froide, les moyens pour chauffer la maison sont archaïques et je connais encore plein de personnes de mon âge qui n'ont ni ordi ni internet à la maison, si si..

Mais alors entre le gynéco français et le gynéco japonais, il faut bien avouer qu'il y a un écart de plusieurs siècles, et c'est bien un endroit où j'aurais vraiment du mal à retourner en France. J'en ai même des sueurs froides rien qu'en pensant aux petites japonaises exilées chez nous et le choc qu'elles doivent avoir la 1ère fois qu'elles vont se faire osculter. Non, je vous assure que je n'exagère pas. Alors on sait jamais, ça s'est peut-être amélioré entre temps mais vu le chemin à parcourir, en 4 ans, j'ai de gros doutes.

Je vous parle de ça parce que l'année dernière, toutes les femmes résidant sur le territoire nippon ont reçu un coupon pour aller passer gratuitement un dépistage du cancer de l'utérus et que j'y suis allée récemment avant que la campagne ne prenne fin.

Passons aux explications : ici on peut aller aussi bien dans de grands hôpitaux ou cliniques que dans des cabinets de taille plus modeste, mais ces derniers ressemblent tout de même plus à de mini-cliniques, avec du personnel à l'accueil, le médecin et une infirmière, ainsi que du matériel moderne et en quantité. Ca a toujours un petit côté cosy et rassurant.

En France, on rentre dans le bureau du médecin, et hop on vous fait mettre à poil sans aucune intimité. Vous êtes gênée et ne savez plus comment vous tenir, surtout les première fois. (Avouez que c'est pas courant comme situation, de se retrouver habillé en haut, à poil en bas devant un inconnu que vous vouvoyez).
On vous installe sur une sorte de brancard horizontal et dur comme du fer, les jambes accrochées dans un étrier froid et métallique, le tout faisant bizarrement penser à une machine de torture puis le médecin, qui prend tout son temps, vous osculte (et accessoirement vous fait mal) avec un matériel d'après-guerre tout en vous parlant tranquillement, les yeux dans les yeux, en tête à tête.

Maintenant la version japonaise : vous entrez d'abord dans le bureau du médecin, après avoir rempli un questionnaire* à l'accueil, et tout ça sans rendez-vous ni attente interminable. Le médecin vous pose 2 ou 3 questions, puis une infirmière vous emmène dans une petite pièce, où l'on se déshabille à l'abri des regards. Il y a un grand panier pour poser son sac et ses vêtements.

Et là, on peut grimper sur le "siège magique de la NASA"  !
Vous vous installez donc sur le gros fauteuil moêlleux, en position assise normale, avec des accoudoirs, et posez les jambes dans les emplacements prévus et eux aussi moêlleux et confortables, vous pouvez aussi étaler une couverture sur vos cuisses pour ne pas attraper froid.
De l'autre côté du rideau, on vous demande si vous êtes prête, puis le siége pivote pour se retrouver face au rideau derrière lequel est assis le médecin. Le siège s'élève tout en basculant en arrière, et les emplacements pour les cuisses s'écartent légèrement, tandis que la partie sous les fesses se rétracte. Votre bassin se retrouve donc face au médecin dont vous ne voyez pas le visage grace au rideau. Ce qui est tout de même BEAUCOUP moins gênant.
On vous demande ensuite de regarder le grand écran de télé sur votre gauche.
Aucun trifouillage superflu ou suspect :
- 1ère étape : échographie interne des trompes et du col avec commentaires du médecin.
- 2 : frottis qui ne fait pas du tout mal, je ne sais pas si c'est qu'ils sont plus délicats ou si c'est la position confortable dans laquelle on se trouve sur le fauteuil qui facilite l'opération, mais en tous cas c'est rapide et on ne sent rien.
- 3 : grâce à une caméra, vous voyez en direct sur l'écran l'état de la tuyauterie intérieure.
Et c'est fini.
Le socle pour les fesses remonte tandis que les cuisses se ressèrent, le fauteuil se redresse, redescend et pivote pour revenir tranquillement à sa position initiale et vous redéposer sur le petit tapis ou vous pouvez marcher pieds nus.
Vous vous rhabillez, retournez dans le bureau à côté, le médecin vous explique que tout va bien, puis à l'accueil les infirmières en rose bonbon et voix toutes kawaii vous remettent une carte et vous demandent de revenir une semaine plus tard pour les résultats complets.

 

Alors convaincues ?

 

J'aurais du faire des illustrations parce que je suis pas sûre que ce soit bien clair, mais pour ceux (ou plutôt celles, puisqu'on est entre nous) qui se sont déjà rendues chez le coiffeur au Japon, imaginez le fauteuil pour le shampooing, c'est un peu le même système chez le gynéco, en plus complexe, et avec le corps dans l'autre sens, mais c'est tout aussi confortable.

 

* : à propos du questionnaire (de 3 pages), je suis fière de moi parce que j'ai réussi à le remplir toute seule, même en ne connaissant pas tous les kanjis. Ca m'a pris du temps mais par déduction et en fonction du contexte, j'ai réussi à déchiffer l'ensemble.

 

Sympa au final l'expédition : un tour en fauteuil de la NASA, une vue d'une partie insoupçonnée de l'intérieur de son corps en live, les révisions de kanjis médicaux, et tout ça gratos ! en plus j'avais choisi un cabinet situé à 100m de chez moi.

Repost 0
12 janvier 2011 3 12 /01 /janvier /2011 13:18
jud à Hiroshima
Miwa & Eiji

jud à Hiroshima
Sleepyeye

jud à Hiroshima
On dirait des filles qu'ont vient de laisser s'échapper de leur cage...

jud à Hiroshima
jud à Hiroshima
Taishô

jud à Hiroshima
jud à Hiroshima
jud à Hiroshima
jud à Hiroshima

Il existe de nombreuses façons de fêter Noël au Japon :
- un peu comme chez nous, en famille avec les enfants, le sapin et les cadeaux, et l'oncle qui se déguise en Père Noël, et c'est pas si récent : Daiji le fêtait déjà de cette manière avec son frère et sa soeur à la fin des années 70. Ils ont même la version en japonais de Vive le vent, Douce Nuit et compagnie.
- En couple, genre St Valentin bis
- Entre potes
- Rien du tout

Mais il est une tradition bien encrée au Japon qui surprend vraiment, c'est celle de manger ce jour-là du poulet frit acheté et commandé longtemps à l'avance chez KFC (Kentucky Fried Chicken, un fast-food genre MacDo version poulet)...
Quand je pense que du côté de chez nous on se remplit la panse de foie gras, saumon fumé, huîtres, crustacés et chapon, bref de choses plutôt luxueuses, ça fait vraiment un choc que la même journée soit consacrée ici à la junk-food, d'ailleurs comme chaque année Daiji et Eiji avaient prévu le stock de poulet KFC à Lotus.

Je me suis demandé comment ils avaient pu en arriver là, et d'après mes recherches sur Internet, ça remonterait aux années 70. A cette époque, on trouvait encore très difficilement de la nourriture occidentale, et les pauvres américains résidant sur le sol nippon, en manque de dinde, n'avaient d'autres choix que s'en procurer un erzats chez Kentucky.
Les franchises locales du fast-food ont donc flairé le bon coup et sauté sur l'occasion pour en faire une tradition de Noël américaine made in Japan, et les Japonais ne sachant pas encore bien comment fêter Christmas sont tombés dans le panneau et se sont mis à faire la queue comme leurs collègues americains.

Moi j'ai une idée, je vais importer la fête d'Obon ou Shôgatsu, ou peu importe, ouvrir dans la foulée un fast-food chinois qui vend du canard laqué en boîte de 6 et déclarer que c'est le plat traditionnel de la fête en question, on y verra que du feu...
Repost 0
18 septembre 2010 6 18 /09 /septembre /2010 11:32

 



J'aurais jamais pensé mater jusqu'au bout une vidéo 8min30 de skaters qui montrent leur fesses, mais là, ça défonce tout !!
Les C-boys, de Kure 呉
Repost 0
24 août 2010 2 24 /08 /août /2010 11:22

Et bien, je vais reparler de la fameuse « nanpa* » dans la rue. (* drague)

Vous vous souvenez ? il y a quelques temps je vous avais fait part de mon étonnement quant aux techniques employées ici...

Voilà la dernière en date : alors que marchais dans Hondori Street (la rue principale, galerie marchande d’Hiroshima) un peu tard dans la nuit pour rentrer chez moi, j’entends quelqu’un courrir derrière moi, un garçon de mon âge ou peut-être un peu moins s’arrête à ma hauteur :


-    番号教えて / tu me files ton numéro ?
-    え・・ あたしの電話番号?何で?? / hein ? mon numéro de tel ? pourquoi ?
-    は・・ 無理じゃろう? / ha.. apparemment y a pas moyen...


Et hop, il s’ecplise aussi sec, cape au vent et poing en avant, en courant aussi vite qu’il était arrivé...

Mais, mec !!! ...

comment tu comptes obtenir quoique ce soit si tu baisses les bras aussi vite ? c’est quoi le plan ? tu t’es pris pour fantômette ?
Déjà, par curiosité, j’avais vraiment envie de lui poser la question « et si je te le donne ? tu comptes faire quoi exactement ? ». Vraiment parce que comme la dernière fois, j’ai juste l’impression qu’y a pas de but à ça sinon se dire « j’ai eut le courage d’aborder une fille dans la rue, voilà, ça c’est fait, mission accomplie, je peux rentrer chez moi ».

Ensuite, admettons que j’eûs été célibataire et interessée (il était pas moche du tout), tu me laisses même pas le temps de répondre !! tu crois que direct, je vais faire « alors c’est le 080-xxxx-xxxx, voilà, merci, à bientôt ! Y a pas de quoi » ?

Ben non.. t’as déjà parcouru 3 km en courant le temps que je me remette de la surprise et que je réfléchisse à quoi répondre...

C’est gentil de pas faire le mec qui insiste lourdement mais, nan, vraiment, je comprends pas le but de la démarche... O_o

Repost 0
15 juillet 2010 4 15 /07 /juillet /2010 07:41

Ce matin, alors que je revenais du conbini, je sens une main qui fait "toc toc" sur mon épaule accompagné d'un "sumimasen !" (excusez-moi !).


Mon radar-attention-situation-chelou se met directement en branle-bas-de-combat : les japonais abordent rarement dans la rue, et je suppose que les occasions sont encore plus rares lorsqu'on est un étranger.

 

En tous cas en ce qui me concerne, les rares fois où ça m'est arrivé, il s'agissait toujours de propositions moyennement voire pas du tout décentes :

- quelques fois : des jeunes hommes qui cherchaient à draguer, dragouiller, mais se laissent très rapidement décourager et s'en vont
- 2 fois : des patrons de clubs d'hôtesses (un peu plus tenaces ceux-là) qui voulaient me recruter dans leur kabakura (cabaret club) m'assurant qu'il n'y avait pas de souci et qu'il y avait aussi d'autres étrangères (russes, philippines, roumaines).
A propos je vous renvoie vers ce lien : un documentaire sur les hosts d'Osaka sous-titré en français.
- 1 fois : un homme qui insistait lourdement pour qu'on aille boire un verre ensemble, ce que j'ai refusé biensûr, lui répliquant que j'allais rejoindre des amis. Pas découragé pour un sou : "Vous allez où? je viens avec vous !!"..
- 3 fois : le même homme, un salaryman pervers mal dans sa peau qui me proposait de l'argent pour examiner de plus près ses (petites*) parties intimes. (* c'est lui qui a employé le mot "chin-chin"..)

Malgré tout, étant de nature curieuse, j'écoute toujours ce que l'on a à me dire, d'autant plus que ça me fait un sujet d'article..

Donc revenons à notre bonhomme de ce matin : un homme d'une quarantaine d'année, type salaryman un peu grassouillait qui se met directement à marcher à ma hauteur, avec le regard dérivant régulièrement sur ma poitrine (enfin le peu qu'il y ait à voir, comme le dit si bien Naoki, on dirait que j'ai oublié mes seins en France) :

 

_ Bonjour j'arrive de Tokyo, et je suis actuellement à la recherche de mannequins, bla bla bla
_ Ha oui ?.. (dubitative)
_ Ca vous intéresserait ? Vous avez déjà un boulot ?
_ Oui, webdesigner
_ Vous êtes d'où ?
_ De France
_ Alors, c'est comment le Japon? Il fait chaud hein ? héhé, et là vous êtes en pleins boulot ?
_ ben.. oui, j'y retourne là
_ vous avez quel âge ?
_ 31
_ haa !, à peu près comme moi tiens.. (heeein? j'aurais plus dit 40 passés..) , bon alors ça vous intéresse pas de faire mannequin ?
_ ben, je sais pas, vous avez une carte de visite ?
_ .. (avec la main qui se gratte derrière la nuque) haaa, et non là j'en n'ai pas sur moi (chose totalement inconcevable au Japon), sinon je suis célibataire moi et vous ?
_ non je suis mariée
_ ha bon ?.... (courbette, demi-tour) , bon ben merci, au revoir hein

Il parlait de manière très assurée (j'ai réduit à l'essentiel, mais il était très bavard), tel un commercial aguéri, son discours avait l'air super rodé, je me demande donc à quel rythme il pratique cette activité de faux recruteur de mannequins.. et si des filles tombent dans le panneau, et si c'est le cas, ce qui se passe après.

Quel est le but de la manoeuvre ? D'ailleurs a-t-il vraiment une idée derrière la tête au-dela du fait de s'exciter tout seul à parler de près à une fille ? j'en doute un peu...

D'ailleurs je me pose la même question au sujet des quelques garçons qui m'ont accosté dans la rue, avant même que je n'ai dit oui, non ou merde, ils finissent toujours pas déguerpir d'eux mêmes.. ha si, quelques uns ont tenté d'obtenir mon numéro de téléphone.

Quand il est parti, j'ai réalisé qu'il m'avait en plus abordé par derrière sans même m'avoir vu, et que je portais d'énormes lunettes de soleil empêchant de voir mon visage.




Repost 0
19 mai 2010 3 19 /05 /mai /2010 11:54

Les gens qui visitent ce pays pour la 1ère fois sont souvent éblouis par la grâââce et la politesse dont font preuve en toute circonstance les japonais.


Sujet à débat : Mur d’illusions derrière lequel se cachent les fourberies les plus honteuses pour certains, comble de raffinement et d’harmonie inégalé pour d’autres..


Sans rentrer dans ce débat puisque ce n’est pas le sujet du jour, pour ce qui est de la politesse qui s'exprime à travers le langage, il est vrai qu’on peut être un peu surpris lorsque l’on se rend compte que celle-ci ne va que dans un sens : des personnes inférieures vers les personnes supérieures hiérarchiquement, du commerçant vers le client (qui lui en revanche se passe bien souvent de « merci », « s’il vous plait », d’autant plus si c’est une supérette, un magazin bas de gamme..), et qu’avec l’âge il tend à y avoir un sacré relâchement limite grolandesque.. (du genre, l’obasan qui balance un « ‘nee-chan, choudai ! » d’une manière très « distahinguée » pour réclamer quelque chose en tendant le bras pour être prem’s et que l’on pourrait vaguement traduire par « hé toi, aboule ton truc ! »).


[ note : On s’adresse en général aussi très poliment aux étrangers qui d’une part sont hors-catégorie socialement parlant, et d’autre part certainement considérés comme des invités et/ou clients (on emploie le même mot « o-kyaku-san » dans les 2 cas) auxquels on souhaite naturellement  laisser une bonne impression du pays, je suppose. ]

Mais ce dont je voulais parler aujourd’hui (j’aurais aimé le faire en illustration, mais le temps me manque), ce sont les « excès » de politesse, les « réflexes pavloviens » de politesse, je ne sais pas bien comment qualifier ça, mais vous comprendrez certainement en lisant les descriptions de ces scènes cocasses auxquelles j’ai assisté de nombreuses fois :

-    Un classique pour commencer : les gens qui font des courbettes à travers le téléphone. EN même temps c'est un peu comme quand on fait des grand signes de la main pour expliquer un itinéraire à la personne à l’autre bout du fil. « A droite je te dis ! Voilà comme ça.., comme ça.., par-là..et hop, là t’y es.. »


-    Les gens qui marchent en se courbant, et en s’enfonçant la tête tout en marchant à pas de loup et en plissant les yeux, comme pour ne pas nous gâcher la vue sur l'écran de télé virtuel (c’est là qu’une illustration aurait été nécéssaire), mais dans une situation où cela n’a a priori pas grande utilité :
J’ai répertorié dans cette catégorie 3 cas de figures donnant lieu à cette démarche un peu loufoque:

  1. Figure a) Quand vous faites la queue quelque part et que quelqu’un a besoin de traverser la file. « Bordel ! ton père était pas vitrier du con !, t'as pas vu que j’étais en train d’admirer les pélicules de mon voisin de d’vant ! »
    Ou lorsqu’un employé de magasin (j’ai remarqué ça en particulier à Wants, une droguerie, je reviendrai dessus) vous passe devant à la perpendiculaire tandis que vous êtes face à un rayon et ce même si vous n’êtes pas spécialement en train d’y regarder quelque chose.
  2. Figure b) Quand quelqu’un est appelé dans une salle d’attente alors que tout le monde a les yeux rivés sur son magazine. J’ai l’impression que ça signifie « Faites comme si je n’étais pas là » ou « Désolé de perturber la tranquilité de ces lieux», « C’est pas parce qu’on m’a appelé par mon nom et que je me lève que je me prends pour une star, regardez je me fais tout petit » à moins que ce ne soit juste une manière d’avancer à reculons en direction du cabinet du boucher-dentiste..
  3. Figure c) Quand quelqu’un arrive en retard quelque part. Les filles qui arrivent en retard au cours de yoga ne peuvent s’en empêcher. Alors là, je traduirais plus ça comme une manière de s’abaisser vers le sol pour marquer sa honte « misérable petit lombrique pitoyable que je suis, voyez je rampe à terre » et également une manière de se faire le plus discret possible.

-    Les vendeuses qui dans l’impossibilité de pouvoir servir correctement leur client (rupture de stock, etc..) et qui se mettent à réciter une litanie interminable d’excuses en prenant un ton et un visage larmoyant  (un peu sur le ton des nanas dans le métro "Je n'ai pas de travaaaail ! Je n'ai pas à mangeeer !"). Dans ces cas on attend qu’elle sorte le fouet de dessous le comptoir et commence à s’autoflageller.


-    Les vendeuses de chez Wants donc (les règles doivent être serrées dans cette chaîne de droguerie..) qui en signe de remerciement se courbent de manière à avoir quasiment le front qui touche le comptoir, et continuent leur longue prière alors qu’on a déjà tourné les talons depuis belle lurette et qu’on sifflote dans la rue en regardant d’autres vitrines...

 

-    Les inconnues au comptoir de bar qui se tortillent 1/4 d’heure sur leur tabouret, se retournent 20 fois avec un sourire avant de vous dire « haaa... j’aimerais trop qu’on discute ensemble... mais je sais pas de quoi parler.... ...heu... heu... alors tu aimes l’alcool ? » et qui au bout de 3 banalités échangées se confondent en remerciement « ho lala mais c’est vraiment trop gentil d’accepter de me parler.. merci.. merci... haaa merci !!!! » C’est une situation plutôt gênante. (Bon j’avoue celle-là elle est un peu hors-sujet mais je voulais la caser quelque part..)


-    Les maris ou petits copains qui lorsqu’on les complimente sur la beauté de leur épouse/compagne répondent dans un élan raté de modestie « non, non, non, pas du tout, pas du tout ....» en secouant la main.

D’un, c’est vachement sympa pour la fille, qui a bien des chances d’être à ces côtés à ce moment là, de deux, niveau modestie, moyen : le mec a en fait cru entendre ou librement interprêté « Mais quel séducteur hors-pair vous êtes ! Quel tombeur de femme ! Quel étalon ! ô-Vous qui êtes beau comme un Dieu grec !!!»

-    D’autres cas plus isolés :
-    Une femme qui sortait d’un supermarché avec ses gros sacs de courses et qui avait donné par inadvertance un coup dans un poteau et se retourne en disant « Gomen nasai !!! » (pardon !!!) - un retour aux traditions animistes? un excès de zèle?


-    Vu ce midi : je mangeais dans un self-service du quartier, une fille seule à sa table avait quasiment fini son repas et se lève pour aller se chercher un verre d’eau à la fontaine. Elle revient, s’assoit, joint ses mains devant sa poitrine, baisse la tête et dit « Itadakimasu» - et elle était tout seule, hein -  (vague équivalent de notre « Merci petit jésus pour ce repas que..bla bla ») avant de boire son verre. O_o’ Je sais pas si elle a fait ça avant chaque plat, ni comment interprêter ce comportement ? Pure réflexe incontôlé ? une forcenée de la politesse ?

 

Et pour terminer cette petite ébauche d'illustration que j'avais entrepris :

 

http://s3.archive-host.com/membres/images/429357406/2010MARS-MAI/politesse.jpg

Repost 0
11 mai 2010 2 11 /05 /mai /2010 17:14

L'autre jour, alors que nous étions assises au comptoir d'un bar, une copine (qui parle très fort) passe un coup de fil :

 

(En japonais)

- Allo ?!

....

- Ha? aux toilettes ?!

....

- Caca ?!!

.....

 

C'est marrant un jour j'ai entendu exactement la conversation opposée..

 

Je ne sais pas si c'était les 2 mêmes personnes les 2 fois...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nan, rien

Repost 0
15 décembre 2009 2 15 /12 /décembre /2009 11:46
Désolée pour cette absence, mais le virus de la grippe A a eut raison de moi, de nous 2 même !

Je suis guérie depuis quelques jours, mais comme on reste contagieux encore un petit laps de temps après, j’ai du sortir « masquée » ces derniers jours.

Quelle horreur ce masque !!!! Je crois que ma morphologie n’est pas du tout adaptée (ce qui a bien fait rire Daiji « haha, fais-toi en livrer de France alors, yark yark yark ») :
-    le modèle classique de chirurgien me remonte dans les yeux, et fini par passer par dessus. En marchant, en descendant des escaliers ou en cherchant quelque chose dans mon portefeuille, je me retrouve dans le noir, obligée de sans cesse tirer sur le bas du masque. Sans compter que c’est ultra inconfortable, et que dessous on transpire comme une truie.
-    Avec le modèle « Actarus-Goldorak », c’est un peu mieux, mais ça fini quand même par me grimper le long du nez, et ça me gêne la vue.
Par contre j’observais les gens dans la rue autour de moi, ils ne me semblaient pas gênés le moins du monde... Ils font leur vie avec, comme si de rien n’était.
Je me suis même demandée si certains ne prenaient pas plaisir à sortir avec ça, cachés, incongnito.. Ca doit être pratique quand on est un timide maladif, où qu’on ne veut pas se faire repérer, ou le jour où on a un gros bouton vilain au milieu de la figure..
Sinon un « big-up » à Tata-Shiho qui nous a amoureusement préparé des bentos un soir où nous étions tous les 2 malades et incapables de bouger, et Tonton-Bobby qui est venu nous les apporter à domicile et nous préparer une soupe miso avec une tranche de saumon et une orange coupée.


jud à Hiroshima jud à Hiroshima
Bon sinon, que s’est-il passé entre temps ?
J’ai refait mes cartes de visite et ai été les imprimer dans un petit bouboui du coin de la rue.
Le local : un mini-couloir avec un immense bureau au milieu, des tonnes de bordel entassées partout, de vieilles armoires à archives pleines à craquer. Une mama-secrétaire-commerciale ultra-active, la soixantaine... Le patron : un gros barbus à cheveux longs , la cinquantaine, le genre à collectionner les figurines star-wars. Un employé joufflu, lunettes, impassible, coincé derrière un mini-bureau et un grand écran, un air de mec qui passe 99% de son temps derrière son ordi sans vie sociale.
Ils avaient tous l’air sorti tout droit d’un film de Michel Gondry.
Quand je suis repassée le soir pour aller chercher mes cartes, j’ai surpris le patron avachi sur sa chaise les pieds croisés sur le bureau. En bonne habitué de la chose, il s’est rétabli en un tour de chaise pivotante au son la porte qui s’ouvrait. (Mais il s’est quand même un peu fait grillé..)
Bon c’est VRAIMENT pas du travail de pro, et surtout pas de la qualité imprimerie. La design est complètement décentré. Ce qui est quand même facheux sur un artwork de la taille d’une carte de visite. Les couleurs sont ressorties crillardes, et le grain.. on dirait que ça a été imprimé en 72dpi... Mais bon, j’en avais besoin rapidement et je n’ai fait qu’une petite quantité.
 


Sinon je voulais parler de ces warriors de la communication japonais/japonais-petit-nègre.
Des gens que j’admire. Je vous explique.
Un cas typique, quand on ne maîtrise pas très bien le Japonais et que l’on arrive à la caisse d’un magasin. C’est le vendeur qui flippe, qui fait les yeux ronds, qui essaie de répondre en anglais ou vous parle en langage des signes pour un truc tout simple, genre « vous voulez un sac ? » ou autre. Celui que vous faîtes répéter et qui, sans rien répondre, part en crabe chercher un ecriteau en anglais alors que vous n’avez juste pas « entendu » la question, occupé à chercher quelque chose dans votre portfeuille.
Bon disons, que ça ne m’arrive plus tellement aujourd’hui, mais c’ était le cas il y a encore quelques temps.
Un autre cas : celui qui malgré votre faible niveau, vous sort un long discours ultra complexe auquel vous ne pigez que goutte.

Mais il existe aussi une autre espèce, des vendeurs tellement près à vous faire acheter, qu’ils comprennent non seulement vos questions posées en petit nègre mais vous apportent en plus des explications claires, compréhensibles et efficaces.
Si vous allez au Yamada-denki (appareils éléctriques, électro-ménager...), cette espèce se trouve au Rez-de-chaussée. Je suppose que ce sont les produits que l’on doit vendre le plus et du coup on y place les vendeurs les plus téméraires et les plus doués.
Au rez-de-chaussée de Yamada-denki, pas de vendeurs flippés, qui se cachent en vous voyant arriver. Non, non, à peine vous regardez un rayon, que l’un d’eux vous saute dessus pour vous donnez toutes les explications sur le produit qui vous interesse (et accessoirement vous le refourguer).
« Toi m’expliquer quoi y a bien ça appareil photo numérique, ou c’te graphique tablette ? »
« Mais biensûr ! Bla bla bla.. »
Non seulement, il saisit du 1er coup votre question, mais s’adapte en plus, et vous donne toutes les réponses aux questions techniques les plus pointues que vous vous posiez, et ce dans un japonais compréhensible malgré votre niveau.
Aux étages supérieurs, c’est une autre affaire... là ils doivent placés les mous, les tire-au-flan etc.. les mecs tentent de se fondre entre les rayons, espérant ne pas être dérangés par un client, et surtout pas par un étranger qui baragouine 3,4 mots de japonais. Même si vous lui demandez le rayon des ampoules, le mec à l’air dans chier pour vous répondre.
Si je dois décerner une autre palme, c’est aux vendeuses de chez Clinique. Toujours souriantes, sur le qui-vive et pleines de bonne volonté, elles ne vous laissent pas le temps de regarder plus de 3 secondes une crème du jour, qu’elles viennent déjà à l’assaut vous conter les merveilles de tel sérum, vous expliquer les bénéfices de tel masque et vous faire le bilan de votre peau dans tous les détails, sans se laisser démonter par votre japonais merdique, et sans avoir recour à un keigo de marquise.
Moi je leur dis, chapeau à ces gens-là !
 jud à Hiroshima jud à Hiroshima
Repost 0
1 décembre 2009 2 01 /12 /décembre /2009 13:36
Une petite anecdote qui m'est arrivée quelque jour après mon installation au Japon...


jud à Hiroshima
Wha, c'est trop bien le Japon !
















jud à Hiroshima
















jud à Hiroshima
Jus d'humain, 100%
















 jud à Hiroshima
Faut faire QUELQUE CHOSE !!!
















jud à Hiroshima
(A la superette LAWSON) A cette époque je ne savais ABSOLUMENT pas lire le japonais..
















jud à Hiroshima
heu..... un.... un.... KA... un.... KA ..... de KA*
(*Moustiqiue se dit "ka" en japonais, mais comme pleins d'autres mots aussi)
















jud à Hiroshima
flèche : "imitation de moustique"
bulle 1 : "quelle hooooooooooooooonte !!!!!"
bulle 2 : "sont vraiment bizarre ces étrangers..."
















jud à Hiroshima
"A y'est..."
















jud à Hiroshima
(Articles pour tuer les moustiques)
"Aligaatoo goozaaaimassse*"
(* "Merci beaucoup" avec un accent étranger)
















jud à Hiroshima
"Vous parlez vraiment bien japonaaaaaais !!!!"

Sur mon blog en japonais http://www.hiromag.com/blog/jud.html
Repost 0

Présentation

  • : Jud à Hiroshima
  • Jud à Hiroshima
  • : Ma vie quotidienne à Hiroshima depuis le 28 Juin 2007
  • Contact

C'est quoi ce blog ?

Ce blog n'est pas un site informatif sur le Japon, ce n'est pas un blog sur les mangas ni la J-Pop... C'est un roman-photo. Il s'adresse avant-tout à mes amis (la communauté Hiroshimarseille) et ma famille, c'est juste ma vie quotidienne à Hiroshima et quelques réflexions et anecdotes à propos de ce que j'observe ici mais WELCOME, ne vous gênez pas pour venir jeter un coup d'oeil ou laisser un commentaire.

Rechercher

LIENS

BLOGS / SITES HIROSHIMA


(JP) CARAT HIROSHIMA WEB MAGAZINE / BLOGS
(JP) Chapeaux SANSO (by Hide)
(EN / JP) DIRTY GENTLEMAN'S CLUB (by Susu)
(EN / JP) GET HIROSHIMA (Infos / Petites annonces)
(JP) HIROMAG (Mag / Portail / Blog)
(JP) KAIKO'S (By Eiji)
(EN) LITTLE FOREIGNER
(EN) WINDCHEATER
(JP) CHERRY

 

BLOGS JAPON


(Tokyo / FR) BAKAPULU
(Tokyo / EN) Benoa in Japan
(Japon / FR) Bulles de Japon
(FR) Clarence Boddicker's nasty diary
(Tokyo / FR) De peu pour faire un monde
(FR) DRINCK COLD
(Tokyo) FLO A TOKYO
(Tokyo - Fukuoka / FR) Fujijana
(Fukuoka / FR) Fuji la canaille

(Tokyo / FR) Issekinicho (BD/Photo)
(Tokyo / FR) Japan Through Blue Eyes
(Japon / FR) Japon : 2 ou 3 choses...
(Osaka / FR) JAPONWEIRD
(Tokyo / FR-JP) Julie Blanchin (BD)
(Tokyo / FR) KED-O-KILL
(Kyoto / FR) LA RIVIERE AUX CANARDS
(Tokyo / FR) L'écureuil volant dans l'espace
(Tokyo / FR) Le Japon
(Sapporo / FR) LE JAPON DE LA LICORNE
(FR) LE JAPON DE ROBERT PATRICK
(Japon / FR) Les autres japonais
Methodes de Japonais pour gaijins
(Nagoya / FR) Nagoya en français
(Shikoku / FR) OGI JIMA
(Tokyo / FR) PETIT QUOTIDIEN NIPPON Route 254
(Nagano / FR) Sakana
(Tokyo / FR) Sucre (BD)
(Tokyo / FR) Tokyo Blog
(Tokyo / FR) TOKYO MON AMOUR
(Tokyo / FR) Tokyo Obsession
(Kyoto / FR) Un bayashi au Japon
(Tokyo / FR) YOUR HERO DIES TODAY

BLOGS ECRITS PAR DES JAPONAIS


(Hiroshima / JP) CARAT HIROSHIMA WEB MAGAZINE
(Hiroshima /EN / JP) DIRTY GENTLEMAN'S CLUB (by Susu)
(Tokyo / JP) DUMB WITH YOU (by Yoshi)
(Japon / France / FR) France et Japon vus par une japonaise
(Hiroshima /JP) HIROMAG
(Hiroshima /JP) KAIKO'S (By Eiji)
(Nantes / Hiroshima) Rié Chocolat
(Algérie / FR) Réflexions sur le Japon
(Japon / FR) Tu m'empêches de dormir !

 

BLOGS COREE

 

Entre Tobu et Soju
Les petites coréanneries de Marie
Madame Choi
Valeuf Corée

 

DIVERS

 

Blogs expatriés (Portail) PAS POUR DES PRUNES
Delikts aka Dee JB (Music)
La Dame Noir (Music)
La revanche du site
Leslie Plée (BD)
Radio Grenouille 888 Marseille
VIRGO MUSIC (Music)
www.anaisetpedro.com (blog, bijoux, resto Marseille)
Dzzing (Alcaline / Marseille)
Disco Outcasts (Manchester)

 

 


MES AUTRES SITES


Ju-co.com, mon portfolio graphisme / webdesign
Hiroshimarseille (Mon 1er voyage au Japon, 2006)
Mon portfolio sur portfolio-graphiste.com

 

expatriation

Archives