Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 mars 2011 2 08 /03 /mars /2011 15:05

Article réédité le 09/03/11

 

Un poste un peu brouillon et foutraque mais je suis un peu fatiguée avec ce nouveau rythme de vie et je préfère écrire tant que c'est encore chaud.

Bon, je vais clore le chapître boulot avec ce dernier volet sur la partie que j'appréhendais le plus : le travail à la mairie d'Hatsukaichi, soit dans un milieu 100% japonais.

 

J'y ai fait 2 jours et demi pour le moment, et je vais sûrement encore vous décevoir, mais là-bas aussi tout se passe bien (pourvu que ça dure). Je m'attendais tellement à ce que ce soit l'enfer que du coup je ne suis peut-être plus objective...

Alors, je suis donc au 6ème étage d'un énorme bâtiment avec vue sur la mer et l'île de Miyajima, au sevice Tourisme qui se trouve à côté de ceux de l'Agriculture, de l'Industrie, de la Pêche et autres choses du genre.

 

C'est beaucoup moins international que le YMCA, même pas du tout : ce matin je monte dans l'ascenseur avec un vieux qui me demande en japonais à quel étage je vais, je lui réponds 6ème, toujours en japonais et là il me fait "shikkusu (six) ne?" avec les 6 doigts pointés en l'air et alors que j'ai déjà appuyé sur le bouton... C'est sûr que ma présence doit un peu surprendre, d'ailleurs au détour d'un couloir j'ai entendu 2 employés s'écrier "Hoo, t'as vu ? c'était une gaijin !! comme ça m'a surpris !!".. Dinnnngue...

L'ambiance est plutôt détendue, bien moins stricte que ce à quoi je m'attendais (peut-être parce que ce sont des fonctionnaires ?), ça papotte, ça rigole, ça se lève pour aller se faire un thé, un café (pour le café, faut aller mettre 40 yens dans la tirelire en forme de pinguin vert et blanc du service Agriculture avant), ça descend à la terrasse fumeur du 3ème étage.

 

Puis à midi, une cloche avec une mélodie mielleuse du même type que celles qu'on entend dans le Shinkansen, pour ceux qui ont déjà voyagé au Japon, retentit.

Alors la pause du midi, ça semble être sacré, les 2 fois où j'ai continué à toucher mon clavier, même si c'était juste pour enregistrer mon document, on est venu me crier d'un air alarmé "C'EST LA PAUSE DEJEUNER !!!" genre "Attention !! un sort va s'abattre sur nous tous, si tu touches ton ordi après la sonnerie!!!".

 

Ensuite, assez surprenant la 1ère fois : exctinction des lampes. Bon y a des fenêtres mais ça fait quand même sombre.

Tout le monde mange son bento commandé dans la matinée sur son bureau sans en bouger (ils doivent être habitués, il paraît que ça se passe pareil à l'école), d'autres font la sieste (exactement comme ce que je vous avais décrit ici, d'ailleurs ça se passait aussi dans une mairie).

Y a une petite salle pour aller se faire du thé ou verser de l'eau chaude dans ses cup-ramen, une autre pour la machine à café.

Ensuite, c'est le défilé des brosses-à-dent. C'est pour ça que je disais que ça fait un peu ambiance camping ou soirée pyjama, option on prépare une partie de cache-cache dans le noir. On s'attendrait presque à voir passer quelqu'un avec son roulot de PQ ou proposer une partie de belotte.
La séance brossage de dent semble être le moment idéal pour discuter de manière informelle. J'y ai croisé ma Kachô (chef de service) que je n'avais rencontrée qu'à l'occasion d'une brève présentation avec échanges de cartes de visite et qu'on m'avait décrite comme une femme pas commode et très sévère. Là tout de suite, elle m'a paru bien moins impressionnante,la brosse entre les dents et la mousse de dentifrice autour des lèvres.

Elle m'a posé 2 ou 3 questions sur moi (de quelle ville je viens, depuis combien de temps je suis au Japon, etc...).

Ensuite à 13h, la cloche re-sonne (j'ai l'impression que c'est une mélodie différente), les lumières se rallument et on reprend le travail. Le 1er jour, je n'étais restée que la matinée parce qu'ils faisaient tous "bata-bata" (l'onomatopée qui veut dire qu'on est débordé dans tous les sens) et du coup ils étaient tous un peu ira-ira (énervés), ha bon ?.

L'après-midi, les gens me semblent un peu moins concentrés que le matin, ça papote et ça rigole plus fort.
Mon voisin de bureau, spécialiste des problèmes informatiques il me semble, tête de 1er de la classe ramène des gâteaux et pâtisseries tous les après-midi et en distribue à chacun. C'est aussi lui qui est chargé de la commande des bento et de la récolte de l'argent.           ...Quoi ?.. J'ai rien dit, moi, hein !


A 15h, c'est le quart-d'heure aérobique : une musique genre Eurovison 1977 se met en route, une voix de petite mascotte pleine d'espoir et d'entrain conseille aux employés de se détendre et récite une série d'exercices pendant quelques minutes. Ca ne semble pas rencontrer un vif succès, j'ai vu une seule femme les exécuter, et encore, qu'à moitié.

 

Ensuite à 17h, à nouveau la cloche, celle pour dire qu'on peut commencer à ranger sa trousse et son cahier de textes et terminer ce qu'on est en train de faire (oui, c'est très scolaire en fait) puis une à 17h15 pour dire que c'est vraiment l'heure. Enfin, ça c'est la théorie.
Mon 1er jour j'hésitais un peu à me lever pour partir, mais ma responsable m'a dit que c'était l'heure et que comme j'habitais loin (à 1h) vallait mieux que j'y aille.
Par contre quand s'en vont les autres ? mystère.. j'arrive 1/4 d'heure en avance le matin, ils sont déjà tous installés en train de bosser et à la 2ème cloche du soir, je ne vois personne bouger... peut-être qu'après y a une 3ème sonnerie pour dire qu'on peut aller enfiler son pyjama et installer le campement ?

Le 1er soir, je me suis souvenue de la formule pour dire "Excusez-moi de partir la 1ère" mais en même temps j'ai fait un grand coucou façon Mickey "hé les potes, on s'appelle on se fait une bouffe, give me five !", donc effet qui tombe à l'eau... Au final, depuis j'ai opté pour le bon vieux "O-tsukare sama desu"(on s'est bien fatigué au boulot les gars) qui semble largement suffir.

En parlant du trajet, c'est bien agréable de prendre le tram, il part pile à l'heure et arrive pile à l'heure donc pas de surprise ni de retard. Et comme je monte à l'un des 1ers arrêts, j'ai l'embarras du choix pour m'asseoir et roupiller un peu.

Sinon, ma responsable (je ne sais pas trop comment la désigner, mais en gros c'est à elle que je demande conseil, à qui je rends compte de mon travail, etc..) est très cool : on a pile le même âge (et comme je vous l'ai déjà dit, ici ça crée tout de suite des liens,  je pense qu'en plus on est les 2 plus jeunes), elle est dynamique, relax et marrante, enfin très agréable,quoi.

A côté d'elle, est assis un homme qui doit avoir la quarantaine ou un peu moins et avec qui ça semble être la grosse marrade, je sens qu'on va pouvoir former un trio blagues d'ici peu. (Pour l'instant je reste un peu sur mes gardes).

A droite du 1er de la classe se trouve la collègue avec qui je pars aux Etats-Unis et qui a un petit côté bout-en-train elle aussi.

On a d'ailleurs été manger dehors avec elle et ma responsable ce midi, (oui parce que bon, il faut l'avouer, les bento c'est  bien gentil mais ça cale pas et ça déprime un peu au bout d'un moment, puis rester assis à son bureau toute la journée n'en parlons pas), et là aussi on s'est bien marré (vous devez commencer à vous dire que je suis vraiment bon public..).

En tout, on est 8 autour de notre table. Et au bout un peu à l'écart, face à nous, se trouve le bureau des maîtresses : notre kachô et celui de la table-ronde voisine. 

En fait je me suis vite acclimatée, je n'ai pas ressentie le côté "bizutage" et mal-aise des 1ers jours dans une nouvelle entreprise où on sait pas ce qu'on doit faire, en contre-partie ça déconne moins c'est sûr, mais bon c'est apaisant, les gens sont avenants, ne cherchent pas à vous faire comprendre qu'ils étaient là avant vous et que c'est à votre tour d'en baver, ne cherchent pas à profiter de votre timidité pour prendre le dessus. Je dirais d'ailleurs qu'au Japon, ma timidité joue plutôt en ma faveur.
Je pense que la timidité ne se définit pas de la même manière que chez nous, au Japon, mais c'est une attitude qui donne l'impression plutôt positive qu'on est pas quelqu'un de grossier, pour résumer. En France, j'ai toujours eut l'impression qu'au contraire il fallait montrer qu'on était un "battant" pour pas se faire marcher sur les pieds.

J'ai pas encore bien compris pourquoi mais dans dans certains services les employés sont en costume et tailleur, dans d'autres en espèce de tenue de chantier, des uniformes en tissu vert pâle très épais..

Sinon, niveau boulot, pour l'instant j'ai bossé sur le contenu et la forme du powerpoint qu'on va présenter aux Etats-unis.
Au niveau du contenu je trouvais qu'il manquait des informations primordiales sur les choses à voir à Miyajima (des choses pourtant susceptibles de plaire aux touristes étrangers et de les attirer), et qu'il en présentait d'autres comme si tout le monde connaissait. J'ai donc complété un peu, rédigé ces parties en anglais et les ai données à vérifier aux profs d'anglais du YMCA.
Ensuite la forme, c'était là où il y avait le plus gros boulot à faire. Leur powerpoint était d'une laideur indescriptible.

Avec une présentation pareille, je pense qu'on était parti pour définitivement couper toute envie à qui que ce soit de choisir Hiroshima et Miyajima comme destinations de vacances : Des photos mal choisies, mal cadrées, avec des effets floutés immondes sur les bords, des effets ombrés tout aussi hideux, les typos pas mieux, la mise en page MonDieu !, pas pro du tout, bref avec un site qui se vante d'être l'un des 3 plus beaux du Japon, ils étaient parvenu à faire la présentation la plus moche du monde.
J'ai pas fait un truc de dingue, mais quelque chose de propre et qui donne envie, qui met la beauté du site en avant, qui joue sur le côté japonais (les lieux écrits aussi en kanji avec une typo caligraphiée ça donne une petite touche exotique), et ils ont vraiment été surpris et contents du résultat. Ils se demandent juste s'ils feraient mieux de ne pas le montrer à celui qui avait crée l'ancien powerpoint de peur de lui faire honte.

 

Sinon j'ai été choisir un ordinateur portable au Deo-Deo du coin avec mon voisin de bureau, ça c'était la petite sortie fun Ouai on peut faire craquer les cours quelques minutes, comme quand on accompagne quelqu'un à l'infirmerie, ça n'a pas été la franche déconnade non plus, hein. J'ai hâte parce que pour l'instant je suis obligée de me servir de mon iPhone pour me connecter à internet, puis bosser sur des ordis empruntés c'est pas très confortable. En plus je pourrai l'emmener aussi au YMCA, où j'utilise pour l'instant celui de mon patron qui m'a demandé de ne pas trop fouiller dans ses dossiers parce que je risquais de tomber sur des choses louches (?!).

Je sers aussi ponctuellement de conseillère en gaijinologie :
"Et les paquets de mouchoir, tu penses que ça peut leur faire plaisir aux américains ?"
"Ben ça dépend, si ça fait un peu japonais, qu'y a des jolis kanjis ou de belles illustrations, moi j'en avais ramené la 1ère fois"
"Super ! Ceux-là, alors, ils sont comment ?"
"...O_o'".... là heureusement un collègue m'a sauvé la vie "nan mais les étrangers, ils trouvent nos mouchoirs trop mous et trop fins"
"Et les cartes postales ? c'est bien les cartes postales ?"
"Oui, oui c'est bien les cartes postales"
"Non, elles font pas la même taille en Amérique, elles sont plus grandes" d'après le spécialiste des goûts des étrangers en matière de mouchoir.
"Et sinon, en France vous vous préoccuper des histoires de groupe sanguin ?" (je l'attendais pas si vite le coup des groupes sanguins..)
Toujours le monsieur je-sais-tout : "Mais non ! y a que chez nous au Japon !"

Voilà, je pense avoir fait le tour en ce qui concerne mes nouveaux terrains de jeu, même si je ne suis pas à l'abri de vous raconter de nouvelles anécdotes au cours des mois qui viennent.

Repost 0
Published by jud3030 - dans Travail
commenter cet article
2 mars 2011 3 02 /03 /mars /2011 12:32

Ca y’est j’ai commencé le boulot depuis 2 jours, et franchement ça se passe très bien, je suis motivée.
Déjà c’est très agréable d’y aller à pied, surtout quand on n’a que 8 min de trajet, on évite le stress des transports, on est sûr d’arriver à l’heure et on prend l’air (matinal).

Je vous parlais d’Open-Space, mais je n’en subis pas particulièrement les mauvais côtés : c’est une grande salle où sont rassemblés tous les bureaux des profs de langues (pour une grande majorité originaires du Royaume-Uni), ils sont la plupart du temps dans leurs salles de classe donc peu présents, et il règne plutôt une bonne ambiance (les bonnes vannes et répliques pleines de répartie qui fusent dans tous les sens). J’ai pas encore retenu tous les prénoms, mais j’ai déjà fait connaissances avec quelques garçons très sympas qui ont été plus prompts à venir se présenter personnellement avec le petit serrage de main ad equat que les filles.
En plus c’est bien foutu, en petites allées, moi je me trouve au bout de l’une d’elles, bien planquée et près d’une fenêtre.

 

En revanche vers 14h30 quand les maternelles sortent de classe, c’est le gros branle-bas de combat, y a même parfois des petits qui déboulent dans le bureau , et comme on est au Japon, évidemment personne ne leur demande de se calmer.
J’ai d’ailleurs enfin vu pour la 1ère fois ces fameuses cages à roulettes pour gnomes ! Des petits chariots dans lesquels ont parque les enfants pour les déplacer, leur faire traverser la route sans danger, etc.. ça fait un drôle d’effet quand même, des mômes derrière les barreaux...

(Un peu comme sur cette photo mais les barreaux leurs arrivaient plus haut que la tête, un peu plus spacieux et sans paroies en tissu jaune)

 

Pour l’instant j’ai été pas mal occupée avec mon histoire de visa pour les Etats-Unis que je dois obtenir en urgence pour pouvoir partir à temps, hé oui, j’ai un vieux passeport sans code barre ni rien avec lequel je ne peux pas me pointer là-bas. Je vais d’ailleurs devoir me rendre demain matin de très bonne heure à l’Ambassade d’Osaka.


Ce matin j’ai eut une réunion de préparation à la Préfecture. Alors, je suis toujours pas bien au point sur le timing et la gestuelle du fameux échange de cartes de visites très codifié.
Et alors pour les courbettes, je me suis souvenue des paroles de ma copines l’autre jour, et je me suis rendue compte que c’était bien de moi qu’elle parlait quand elle disait qu’il fallait AUSSI baisser le menton.. et j’ai compris pourquoi, en essayant d’appliquer cette règle ce matin : si je baisse la tête, le problème c’est que je ne vois plus ce que font les autres donc je ne sais pas combien de temps il faut rester penchée, ni combien de fois il faut se baisser (un peu comme au Yoga quand j’entrouve discrètement un oeil pour m’assurer que j’effectue bien les bons mouvements). Y a aussi tout un fonctionnement pour les entrées et sorties d'ascenseur...
Sinon la réunion en elle même s’est bien passée, c’était moins « crispé du c** » que ce à quoi je m’attendais, y a eut quelques blagues et quelques petits fou-rires, mon voisin d’en face qui jouait avec son stylo-bille 4 couleurs tout en parlant a fini par m’envoyer dessus ses mines montées sur ressort. Je ne suis pas beaucoup intervenue mais à part quelques mots j’ai à peu près tout compris à ce qui se disait.


Le reste du temps j’ai potassé la paperasse de celui qui occupait mon poste avant et ai décortiqué un peu leur nouveau site internet en attendant d’avoir un ordinateur personnel, puis j’en ai tiré un petit rapport.

On m’a donné aussi un peu de traduction : des maquettes de brochures sur lesquelles je devais traquer les éventuelles fautes d’anglais, et une phrase en anglais dont la traduction ne semblait pas leur plaire. Du coup on s’y est mis à 3 : un Anglais qui parle Japonais, une Japonaise qui parle anglais et moi.

Et la semaine prochaine, je vais passer beaucoup de temps au département Tourisme de la mairie d’Hatsukaichi pour les préparatifs du voyage aux Etats-Unis.
Voilà, enfin, vous inquiétez pas, je ne vais pas vous faire un compte rendu tous les jours.

Sinon au niveau du lieu de travail, c’est plutôt pas mal. On a une piscine et une salle de sport auxquels les employés peuvent accéder gratuitement, ça sera peut-être l’occasion pour moi de m’y remettre un peu. Et une cuisine over-équipée, j’ai jamais vu ça, même ma grand-mère ne possède pas tout ça : des ustensiles en pagaille, des fours, fours-micro-ondes, fours-toasters, mixers, appareils à gauffre, à raclette, à takoyaki, à vapeur, bref tout ce qui est possible et imaginable, et une étagère pleine de bouteilles d’alcool (je me demande bien à quel genre d'occasions c’est destiné ?)

Voilà, donc pour faire un petit bilan, pour l’instant le travail et l’ambiance au travail me plaisent, je ne vois pas le temps passer, j’ai l’impression de servir à quelque chose (j’ai eut encore plein d’idées ce matin pendant la réunion).

Ca me change de mon dernier boulot en entreprise où à 18h pétante j’avais déjà mon manteau, mes affaires rangées, prête à bondir vers la sortie. En même temps quand un patron paie ses employés au lance-pierre et leur dit en plus qu’ils lui "coûtent du fric alors que les commerciaux lui en rapportent".. et que le boulot est inintéressant, ça ne donne pas vraiment envie d’en faire plus que le minimum..
Sinon pour l’instant, à part lors de la réunion, et avec mon patron, je ne communique quasiment qu’en anglais.

 

Et là, si c'est pas royal, la secrétaire vient de me livrer à domicile mes billets de shinkansen pour demain matin !

 

EDIT : Sinon pour l'instant je n'ai pas vu de Yoshi-kun accroupi dans le shredder avec des ciseaux (par contre elle occupe du monde cette machine, c'est fou), pas de Yoko se faire appeler au bureau du chef, pas de Ando-kun en train de courir sur place pour coller les timbres, et la photocopieuse est au milieu de la salle donc personne ne semble se risquer à l'escalader pour attraper la boîte de Mikados.

Repost 0
Published by jud3030 - dans Travail
commenter cet article
25 février 2011 5 25 /02 /février /2011 00:51

[Pardon, je sais que c'est pénible mais certaines des vidéos se lancent automatiquement, j'ai pas trouvé la solution, donc appuyez vite sur "pause" avant de commencer à lire l'article.]

Comme vous avez pu le remarqué au fil de mes posts, j’ai mené jusqu’à présent et en bientôt 4 ans au Japon, une vie plutôt pépère..


...à profiter de la vie nocturne d’Hiroshima, de ses plages et bords de rivières, de ses izakayas, de ses karaokés, de ses combats de puroresu (catch japonais), allant de camps à la mer en barbecues, de parties de pêches en « hanami » interminables, et ça m’a permis de vous faire découvrir ses aspects-là du Japon.

C’est pas que je ne travaillais pas, mais plutôt que la vie de freelance permet d’organiser son emploi du temps.

 

Et bien, dès la semaine prochaine, on range les confettis, on se sort les doigts du c**, il va y avoir un changement radical dans ma vie :

 

je vais découvrir LE MONDE DU TRAVAIL AU JAPON,

 

un monde que je ne connais pour l’instant qu’à travers les témoignages lus sur les blogs et forums ou pire, par le biais de « Stupeur et tremblements »...

 

 


Je comptais bien en faire l’expérience un jour, par curiosité d’une part mais aussi parce qu’avec la hausse du yen, percevoir des revenus en euros commençait à devenir vraiment « mottai nai », et puis je commençais à ressentir une envie de changement dans ma vie professionnelle. Mais bon, je n’étais pas particulièrement pressée et j’attendais aussi d’avoir en poche mon JLPT N2, non seulement parce que j’ai souvent entendu dire que c’était le niveau requis pour postuler, mais aussi parce que je pensais que ça me permettrait de me sentir plus à l’aise avec la langue.


Et finalement, un boulot m’est « tombé » dessus.


Y a 1 mois environ, un ami anglais me contacte pour me dire que sa boîte cherche une personne parlant Français et Japonais et que le poste a un rapport avec l’île de Miyajima, qu’il n’en sait guère plus mais que si ça m’intéressait, je pouvais passer voir.
Je me dis « pourquoi pas ? » et pars fleur au fusil, c’est-à-dire sans me préparer à un entretien, rencontrer mon contact, dont je ne connaissais rien de plus que le prénom.

J’arrive donc au YMCA d’Hiroshima, où m’attendaient une dame d’origine probablement américaine en survet’ et son supérieur, un Japonais en costume / cravate.

Ils m’ont donc vaguement présenté le travail dont l’intitulé est le suivant : 宮島観光のプロモーション事業担当 / PR, Liaison Representative between France and Hatsukaichi City, soit en gros « chargée de projets pour la promotion du tourisme à Miyajima, Public Relation et Représentante des liens entre la France et la ville d’Hatsukaichi ».

Le but de l’opération est donc de trouver des moyens et de mettre en place des projets pour attirer plus de touristes étrangers sur l’île et de maintenir les rapports entre le Mont St Michel et Miyajima qui sont devenus depuis peu villes jumelées, mais aussi de créer de nouveaux supports de communication et s’occuper du site web.

jud à Hiroshima


Ils m’ont expliqué que j’aurais de nombreux déplacements à l’étranger et au Japon, le prochain prévu étant un voyage d’une semaine à Los Angeles et NYC, que je devrais participer à de nombreux évènements en rapport avec le tourisme, rencontrer des agences de voyages et que je devrais travailler 1 jour par semaine à la mairie d’Hatsukaichi, au département Tourisme.

J’ai donc dit banco, leur ai envoyé mon CV et ai rapidement reçu une réponse positive de leur part.

Le travail me paraît vraiment intéressant, le salaire est plutôt correct mais j’avoue que je suis un peu anxieuse : je n’ai pas travaillé en entreprise depuis 4 ans, jamais au Japon, et je n’ai jamais eut un poste demandant autant de responsabilités et d’autonomie, je n’ai non plus aucune expérience dans le secteur du tourisme.
Bien que mon Japonais soit assez satisfaisant dans la vie de tous les jours, je ne l’ai jamais utilisé dans le cadre du travail et j’ai tendance à bafouiller quand j’essaie de parler avec les formes en –masu, et tournures polies, du genre quand on est habitué à dire « sen ya iken » et qu’il faut passer à « shinakereba narimasen » (pour dire « je dois faire »)... ouch.
Autre source d’angoisse : je suis loin de maîtriser toutes les règles de politesse japonaises et règles de vie au travail mais il me semble que c’est juste une question de choses à apprendre par coeur et à appliquer à la lettre, là où en France ça demande beaucoup plus d’initiative, d’improvisation, comme si c’était un peu un jeu dont personne ne connaît vraiment les règles mais que certains manipulent avec plus d’aisance que d’autres.

 

 

J’ai d’ailleurs déjà grapillé quelques conseils auprès des copines : important : arriver 10 min en avance le matin et éviter de partir trop à l’heure pile le soir à moins de s’être fait confirmé que le travail est terminé (bon, là, vu que mon travail est autonome et que personne ne sait vraiment ce que je fabrique au YMCA, ça sera sûrement plus à moi de juger), pour les courbettes et compagnie elles m’ont conseillé de demander dès le départ et d’annoncer que je ne maîtrisais pas trop l’affaire. C’est là qu’une copine m’a dit :
« Alors quand tu te baisses, tu baisses AUSSI le menton, parce que sinon t’as l’air con, si tu lèves la tête alors que tu penches ton corps », je pense avoir compris qu’elle m’imitait en fait... comme c’est pas un geste naturel chez moi et que je ne sais jamais trop si on attend de moi que je le fasse ou pas, dans l’indécision, j’ai tendance à le faire à moitié, pas franchement, ce qui doit donner une allure un peu ridicule...

jud à Hiroshima


Le fait de travailler en open space, même si je l’ai déjà fait dans une agence web, mais à la cool, va aussi me changer de mon petit train-train, callée à mon bureau à la maison, avec la musique et le frigo à porter de main... d’ailleurs le gars que je vais remplacer m’a dit que c’était vraiment gênant quand on a des tas de coups de fil à passer.
En fait, je me demande si les bureaux individuels avec des vrais murs et une vraie porte existent au Japon ? peut-être pour les très hauts postes ? parce qu’ici, que ce soit dans les administrations ou à la banque, etc.. non seulement les employés sont entassés dans des bureaux sans la moindre cloison (et souvent sur du mobilier et du matériel « d’antan », et ces open-spaces ne sont séparés du public que par un comptoir. C’est d’ailleurs aussi souvent le même principe dans les restaurants, où le client voit travailler les cuistots.

jud à Hiroshima

Bon évidemment, en cherchant dans Google, je n'ai trouvé que des images de bureaux Hi-tech, bien rangés, moderne... alors imaginez-vous la même chose avec des bureaux qui datent de 50 avant, mais dans le mauvais état de 50 ans plus tard..

 

J’ai eut cette semaine 2 réunions de 2h fort intéressantes avec mon prédécesseur qui m’a expliqué plus en détail en quoi consistait le boulot, m’a présenté les rôles des personnes avec qui j’aurai affaire, les documents et données qu’il avait collectés, les choses qu’il avait entreprises, etc... c’est donc comme je le disais un travail très autonome qui consiste la moitié du temps à « trouver » des idées : réfléchir à ce qu’on pourrait faire, rechercher de solutions pour améliorer l'accueil des touristes étrangers, l'information, comment développer le commerce des restaus / boutiques et ryokans sur l'île, le reste consiste en la mise en place effective des projets, en de la traduction / interprétariat mais surtout japonais / anglais (aïe...), en des rencontres avec des personnes liées au secteur du tourisme, et en des conférences, séminaires, etc...
Il ya aussi de temps en temps des repas d’affaires, mais en ce qui concerne les nomikai, elles sont peu nombreuses, pas obligatoires, ne s’éternisent vraiment pas et... (il m’a fait rire) « t’inquiètes tu n’auras pas à servir le saké à de vieux salaryman » !

 


J'ai mis la partie 1 pour ceux qui voulaient la regarder, mais la partie qui illustre mon propos se trouve dans la partie 2 (ha et désolée mais c'est pas sous-titré, mais bon les images sont parlantes)

 

Y a un point sur lequel il ne m’a pas du tout rassuré en revanche : il faut parfois participer à des réunions avec des personnes haut-placées, et faire de petits discours en Japonais, malheureusement ces vieux messieurs ne sont pas du tout tolérants avec les fautes, et ils lancent des « imi ga wakaran ! » (ça veut rien dire ce qu’y raconte çui-là !) pas très sympathiques.

Aujourd’hui je pars avec faire un tour sur l’Ile de Miyajima, et mardi, je démarre. Les amis ici ont l’air super fiers que je fasse ce boulot, Miyajima, c’est un peu LEUR île, et ils sont déjà prêts à m’aider, me donner des conseils et des idées.
Bon je vais peut-être pas retenir celle de Naoki qui me suggérait de me mettre des cornes de cerf sur la tête et des momiji manju sur les seins pour aller rabbattre le touriste...

En bonus, quelques pubs sur l’ambiance au bureau au Japon.

 

 

 





Repost 0
Published by jud3030 - dans Travail
commenter cet article

Présentation

  • : Jud à Hiroshima
  • Jud à Hiroshima
  • : Ma vie quotidienne à Hiroshima depuis le 28 Juin 2007
  • Contact

C'est quoi ce blog ?

Ce blog n'est pas un site informatif sur le Japon, ce n'est pas un blog sur les mangas ni la J-Pop... C'est un roman-photo. Il s'adresse avant-tout à mes amis (la communauté Hiroshimarseille) et ma famille, c'est juste ma vie quotidienne à Hiroshima et quelques réflexions et anecdotes à propos de ce que j'observe ici mais WELCOME, ne vous gênez pas pour venir jeter un coup d'oeil ou laisser un commentaire.

Rechercher

LIENS

BLOGS / SITES HIROSHIMA


(JP) CARAT HIROSHIMA WEB MAGAZINE / BLOGS
(JP) Chapeaux SANSO (by Hide)
(EN / JP) DIRTY GENTLEMAN'S CLUB (by Susu)
(EN / JP) GET HIROSHIMA (Infos / Petites annonces)
(JP) HIROMAG (Mag / Portail / Blog)
(JP) KAIKO'S (By Eiji)
(EN) LITTLE FOREIGNER
(EN) WINDCHEATER
(JP) CHERRY

 

BLOGS JAPON


(Tokyo / FR) BAKAPULU
(Tokyo / EN) Benoa in Japan
(Japon / FR) Bulles de Japon
(FR) Clarence Boddicker's nasty diary
(Tokyo / FR) De peu pour faire un monde
(FR) DRINCK COLD
(Tokyo) FLO A TOKYO
(Tokyo - Fukuoka / FR) Fujijana
(Fukuoka / FR) Fuji la canaille

(Tokyo / FR) Issekinicho (BD/Photo)
(Tokyo / FR) Japan Through Blue Eyes
(Japon / FR) Japon : 2 ou 3 choses...
(Osaka / FR) JAPONWEIRD
(Tokyo / FR-JP) Julie Blanchin (BD)
(Tokyo / FR) KED-O-KILL
(Kyoto / FR) LA RIVIERE AUX CANARDS
(Tokyo / FR) L'écureuil volant dans l'espace
(Tokyo / FR) Le Japon
(Sapporo / FR) LE JAPON DE LA LICORNE
(FR) LE JAPON DE ROBERT PATRICK
(Japon / FR) Les autres japonais
Methodes de Japonais pour gaijins
(Nagoya / FR) Nagoya en français
(Shikoku / FR) OGI JIMA
(Tokyo / FR) PETIT QUOTIDIEN NIPPON Route 254
(Nagano / FR) Sakana
(Tokyo / FR) Sucre (BD)
(Tokyo / FR) Tokyo Blog
(Tokyo / FR) TOKYO MON AMOUR
(Tokyo / FR) Tokyo Obsession
(Kyoto / FR) Un bayashi au Japon
(Tokyo / FR) YOUR HERO DIES TODAY

BLOGS ECRITS PAR DES JAPONAIS


(Hiroshima / JP) CARAT HIROSHIMA WEB MAGAZINE
(Hiroshima /EN / JP) DIRTY GENTLEMAN'S CLUB (by Susu)
(Tokyo / JP) DUMB WITH YOU (by Yoshi)
(Japon / France / FR) France et Japon vus par une japonaise
(Hiroshima /JP) HIROMAG
(Hiroshima /JP) KAIKO'S (By Eiji)
(Nantes / Hiroshima) Rié Chocolat
(Algérie / FR) Réflexions sur le Japon
(Japon / FR) Tu m'empêches de dormir !

 

BLOGS COREE

 

Entre Tobu et Soju
Les petites coréanneries de Marie
Madame Choi
Valeuf Corée

 

DIVERS

 

Blogs expatriés (Portail) PAS POUR DES PRUNES
Delikts aka Dee JB (Music)
La Dame Noir (Music)
La revanche du site
Leslie Plée (BD)
Radio Grenouille 888 Marseille
VIRGO MUSIC (Music)
www.anaisetpedro.com (blog, bijoux, resto Marseille)
Dzzing (Alcaline / Marseille)
Disco Outcasts (Manchester)

 

 


MES AUTRES SITES


Ju-co.com, mon portfolio graphisme / webdesign
Hiroshimarseille (Mon 1er voyage au Japon, 2006)
Mon portfolio sur portfolio-graphiste.com

 

expatriation

Archives